-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ouyahia : ” On ne tourne pas le dos aux revendications populaires”

Ouyahia : ” On ne tourne pas le dos aux revendications populaires”

Le porte-parole du parti du Rassemblement national démocratique (RND), Seddik Chihab a affirmé,ce lundi à Alger, que son parti “ne tourne pas le dos aux revendications populaires”, soulignant que M. Ahmed Ouyahia continuera à assurer ses fonctions en tant que Secrétaire général du RND.

Dans une déclaration à la presse au terme de la réunion du Bureau national du parti, présidée par son secrétaire général, Ahmed Ouyahia, M. Chihab a indiqué que cette réunion avait évoqué “toutes les questions d’actualité et examiné toutes les donnes de la conjoncture actuelle”, affirmant que le RND “ne tourne pas le dos aux revendications populaires”, car “l’Algérie passe avant tout”.

A ce titre, il a fait savoir que son parti tiendra, les 24 et 25 mars en cours, une réunion des secrétaires de wilayas, en vue “d’examiner la situation et de sortir avec des conclusions à même d’assurer la stabilité du pays”.

En réponse à une question sur la véracité des informations relayées concernant la démission du Secrétaire général du parti, M. Chihab a précisé que “la démission de M. Ouyahia n’était pas à l’ordre du jour de la réunion du Bureau national”, ajoutant qu’il “continuera à assurer, en toute légitimité, ses fonctions en tant que secrétaire général du RND”.

Quant aux appels pour l’éviction de Ouyahia de la tête du RND, le porte-parole du parti a dit que ces appels “sont hors des cadres règlementaires du parti”.

La réunion du Bureau national, tenue à huis clos, est la première du genre après la démission de M. Ouyahia de son poste de Premier ministre.

Pour rappel, dans une lettre aux militants de son parti, ce dimanche, Ouyahia reconnait qu’« il faut répondre dans les meilleurs délais aux revendications exprimées pacifiquement par les Algériens lors des manifestations populaires contre le système », a-t-il écrit, appelant à « éviter à l’Algérie toute dérive, et pour lui permettre de reprendre son souffle pour poursuivre le processus de développement économique et sociale ».

Expliquant son limogeage de la tête du Gouvernement, le patron du RND a souligné qu’« Il n’y a ni pouvoir, ni gouvernement plus cher que l’Algérie ».

Toutefois, l’ex Premier ministre entend ne pas sortir de la feuille de route du président de la République, tendant à une sortie de crise, entérinant par- là la participation de son parti au processus prôné, estimant « que tout le monde accepte des concessions afin de convaincre les citoyens de la crédibilité du processus de transition démocratique » proposé par Bouteflika, a-t-il ajouté.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email