-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ouyahia met en garde : «Bouteflika est le chef suprême des forces armées»

Ouyahia met en garde : «Bouteflika est le chef suprême des forces armées»

Il aura fallu deux déclarations ce week-end de présidents de parti, dont l’un est le directeur de cabinet de la présidence, pour comprendre que des parties (non identifiées ?) continuent de réclamer l’intervention de l’Armée nationale dans la vie politique
en Algérie.

Cela vient quelques jours à peine après le dernier édito de la revue El Djeich, sous forme de mise au point destinée à mettre les choses au clair.

Après Amara Benyounes, le chef du MPA, qui a fustigé avant-hier les partis et les personnalités de l’opposition qui « demandent une période de transition » et « appellent directement ou indirectement » à l’intervention de l’armée, c’est au tour du SG du RND, Ahmed Ouyahia, qui s’exprimait vendredi soir dans un entretien à une chaîne de télévision privée, d’affirmer que « certaines parties sont tentées de créer des conflits entre l’institution militaire et le président de la République Abdelaziz Bouteflika » et, du coup, « politiser l’armée ».

Ahmed Ouyahia a rappelé que le Président est le chef suprême des forces armées du pays et, de ce fait, il ne peut y avoir de conflit entre les deux institutions.

Le directeur de cabinet de la présidence de la République a invité ces mêmes parties à « s’occuper exclusivement de leurs activités et épargner l’institution militaire, préoccupée par ses missions constitutionnelles dont la protection du pays de toute atteinte à son intégrité territoriale ».

Ces deux déclarations sont venues après le dernier édito de la revue El Djeich, sous forme de mise au point destinée à mettre les choses au clair.

« La cohésion entre l’Armée nationale populaire et le peuple algérien ainsi que la loyauté envers la nation sont plus profondes et plus fortes pour être ébranlées par les vaines et désespérées tentatives visant à semer le trouble et la division », est-il écrit.

Plus loin, l’auteur de l’édito, qui faisait probablement allusion à certains appels, a tenu à le faire préciser : « Aujourd’hui après l’échec de ces tentatives désespérées, ces parties, habituées à pêcher en eaux troubles, ne s’embarrassent pas de laisser libre cours à leur imagination, à leurs élucubrations, à leurs interprétations et à leurs divagations en inventant des histoires de toute pièce dont la finalité n’est autre que de vouloir porter atteinte à la crédibilité, à l’unité, à la discipline et à l’engagement de l’ANP à accomplir ses missions constitutionnelles », disait-il.

Enfin, la mise au point de la revue el Djeich a tenu à rappeler les missions constitutionnelles de l’ANP et son engagement dans la préservation de la paix et de la sécurité du pays.

« Pendant que des voix s’élèvent de temps à autre pour tenter de semer la zizanie et la discorde, l’Armée nationale populaire continue d’accomplir ses missions constitutionnelles avec détermination, persévérance et dévouement, à l’effet de préserver la souveraineté nationale et l’inviolabilité du territoire », est-il souligné. 

Aujourd’hui, tous les pays estiment qu’il est tout à fait normal de respecter la Constitution et de condamner, voire sanctionner les responsables d’activités anticonstitutionnelles.

Ce n’est pas la première fois que le chef d’état-major, vice-ministre de la Défense, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, monte au créneau pour fustiger tous ceux qui appellent à une intervention de l’ANP dans le jeu politique.

En novembre 2014, il a sévèrement tancé les partis membres de la CNLTD, accusés de contester la « légitimité » du président de la République et de tenter de « semer le désordre » dans le pays.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email