Ouverture du Salon du livre de Boudjima : Hommage à Tahar Djaout – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Ouverture du Salon du livre de Boudjima : Hommage à Tahar Djaout

Ouverture du Salon du livre de Boudjima : Hommage à Tahar Djaout

C’est en présence des autorités, dont le président de l’APW, Mohamed Klalèche, de la directrice de la culture et des arts, Nabila Goumeziane, du président de la commune de Boudjima et surtout d’un public nombreux adepte de la lecture que s’est ouvert, jeudi dernier, le Salon du livre de Boudjima dans sa 8e édition. A cette manifestation littéraire de trois jours, dédiée à Tahar Djaout, ont pris part une quarantaine de maisons d’édition et près de 160 écrivains et auteurs, dont 54 d’entre eux sont des femmes. 

Il convient de relever qu’au cours de ces dernières années, les femmes occupent une place très importante dans le monde littéraire, notamment amazigh. En dépit de sa grande notoriété, le Salon du livre de Boudjima souffre de l’exiguïté de son espace organisationnel, à savoir la bibliothèque communale baptisée au nom de Mohia. Dans certains cas, trois exposants partagent la même table. Le public, nombreux, trouve aussi du mal à circuler à travers les stands pour découvrir les nouveaux livres littéraires ou tout simplement échanger avec les exposants. 

Le désir d’agrandir l’espace bibliothécaire ou de trouver un autre site pour construire un nouveau bâtiment devant répondre architecturalement aux besoins d’une manifestation d’une telle dimension a été exprimé depuis longtemps, mais à ce jour cela est resté au simple état de vœu. Toujours est-il que la notoriété du Salon du livre de Boudjima dépasse les frontières nationales. Et à l’occasion de la tenue de cette manifestation littéraire et livresque, dans sa 8e édition, le président de l’APW a déclaré que « le Salon du livre de Boudjima est une ouverture vers la diversité, la pluralité et, surtout, un espace idéal pour le vivre-ensemble, en recevant des auteurs d’horizons divers et aux langues plurielles ». 

Pour sa part, la directrice de la culture et des arts a exhorté les présents « à continuer à lire et à encourager tout leur environnement à le faire ». Par ailleurs, ces deux responsables ont indiqué que les institutions qu’ils dirigent « continueront à œuvrer pour la promotion de la culture dans toutes ses diversités, à travers les différents Salons et festivals organisés à travers la wilaya. Il convient enfin de noter qu’un artiste peintre avait dressé un portrait au crayon de feu Tahar Djaout, lequel a été remis à la famille du défunt.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email