Ouverture du marché de proximité à Médéa : De longues chaînes pour l’huile et la semoule – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Ouverture du marché de proximité à Médéa : De longues chaînes pour l’huile et la semoule

Ouverture du marché de proximité à Médéa : De longues chaînes pour l’huile et la semoule

L’ouverture du marché de proximité situé au chef-lieu de wilaya, à l’intérieur des locaux de l’ancien siège des ex-Galeries algériennes, à Aïn D-Heb, dimanche dernier, a été marquée par une affluence de citoyens venus de tous les coins de la ville et de ses environs pour faire leurs emplettes en prévision du mois sacré.

Après la cérémonie d’ouverture du marché, qui a eu lieu en présence du chef de daïra de Médéa, du directeur du commerce et de la promotion des exportations, du directeur des services agricoles et du directeur du tourisme et de l’artisanat, les stands réservés à la vente de l’huile de table et de la semoule sont ceux qui ont connu des ruées et de longues chaînes, a-t-on constaté sur place.

Pour réguler les flux à l’intérieur du marché, les responsables de la gestion des espaces intérieurs ont dû recourir à l’utilisation de l’aire de stationnement extérieur pour la vente de l’huile de table à partir d’un camion chargé de cette matière.

Il en va également du stand de la vente de semoule et de farine par la filiale EPE Agrodiv de Ksar El-Boukhari, stand devant lequel deux files séparées s’étaient formées pour l’achat de sacs de différentes contenances à des prix modiques. Ce qui explique l’épuisement rapide de chaque cargaison de ce produit provenant de ses minoteries.  

Les autres stands de produits de première nécessité, notamment les produits alimentaires de large consommation, sont plus ou moins bien achalandés et ne semblent pas attirer beaucoup de clients, comme attendu par les organisateurs et les commerçants qui sont des opérateurs de commerce de gros.

Ainsi, les affaires ne marchent pas comme souhaité par ces commerçants. Et pour cause, les prix pratiqués ne sont nullement concurrentiels par rapport à ceux affichés par les commerces de détail, étant donné que les marges consenties sont considérées comme dérisoires, ne dépassant pas 5 DA pour, par exemple, les boissons gazeuses et le lait pasteurisé en carton.

Moins nombreux que les années passées, les stands de viande ont exposé des carcasses d’ovins dont le prix du kilo oscille entre 1 700 et 1 750 DA, alors que le prix du kilo de poulet varie entre 390 DA et 420 DA, prix inférieurs à ceux pratiqués sur les autres marchés.

La mercuriale des légumes ne diffère que sensiblement sur les prix affichés dans les marchés de la ville où l’oignon, la salade et la tomate sont cédés, respectivement, à 160 DA/kg et 150 DA/kg.    

Pour rappel, les stands de commerce de denrées alimentaires vont être approvisionnés par des commerces de gros avant le 1er jour du mois de ramadhan et ainsi offrir une plus large fourchette de prix et de choix pour les consommateurs, fait-on remarquer.

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email