-- -- -- / -- -- --
Nationale

Oum El-Bouaghi: Il la tue et brule son corps

Oum El-Bouaghi: Il la tue et brule son corps

Une jeune femme de 29 ans a été tuée à Oum El-Bouaghi et son corps brûlé, rapporte la Gendarmerie nationale qui indique que l’auteur du crime a été arrêté 36 heures après le drame. Selon la Gendarmerie, l’auteur de ce meurtre n’est autre que l’amant de la défunte, le nommé B. A. âgé de 41 ans, qui a planifié l’assassinat de la femme suite à plusieurs problèmes ayant surgi entre eux.

L’affaire remonte au 29 septembre dernier, vers 17h30, quand les gendarmes de la brigade d’Aïn El-Deys ont reçu un appel téléphonique émanant de deux citoyens, les informant de la découverte d’un corps de femme brûlé. Les deux hommes ont découvert le corps abandonné dans une décharge sise sur la RN 5 reliant Aïn El- Deys à Aïn Bebouche et sur lequel des traces de brûlures étaient visibles. Très rapidement, une équipe gendarmes enquêteurs a été dépêchée sur le lieu, cela en appui des éléments de la police technique relevant du groupement d’Oum El-Bouaghi. Des prélèvements de sang et d’empreintes digitales ont été effectués sur la scène de crime afin d’identifier le ou les auteurs de ce meurtre. Le corps de la victime a ensuite été transporté à la morgue de l’hôpital Mohamed-Boudiaf d’Oum El- Bouaghi afin de procéder à l’autopsie. La femme a été identifiée quelques heures après par les gendarmes. Il s’agit de la nommée A. O. âgée de 29 ans, célibataire.

La défunte était portée disparue depuis des semaines et signalée à la brigade de Bebouche par sa famille. Contactés par la gendarmerie, les membres de la famille de la victime se sont présentés à l’hôpital où ils ont reconnu leur parente à travers sa bague, ses dents et une partie de son visage qui n’a pas été touchée par le feu. Les heures passées, les gendarmes, après approfondissement des investigations, ont identifié l’auteur du crime. Il s’agit du nommé B. A. âgé de 41 ans, établi à Oum El-Bouaghi. Ce dernier avait une relation amoureuse avec la défunte depuis trois ans et devait demander sa main auprès de sa famille. Arrêté alors qu’il était à bord de son véhicule, le présumé assassin a été emmené à la brigade de Gendarmerie d’Ain El-Deys. Son interrogatoire a permis aux enquêteurs de reconstituer les circonstances du crime et d’en connaître la manière et le jour et le lieu où la femme a été enlevée et tuée par son meurtrier. Le jour du crime (29 septembre dernier), le présumé assassin s’est rendu dans une station de vidange et de lavage pour effectuer un nettoyage général de sa voiture, d’autant que le véhicule du présumé criminel portait plusieurs taches de sang. Ce qui prouve que la jeune femme a été assassinée avant. Le présumé auteur a nié son implication dans l’assassinat de son amante, mais après avoir été confronté à des preuves solides acquises par les gendarmes, l’homme a fini par avouer son forfait. « J’ai fait sa connaissance il y a trois ans. Par la suite, elle est tombée enceinte et a refusé de rejoindre la maison parentale mais de rester avec moi.

Pour éviter le pire et en finir avec cette histoire qui a bouleversé ma vie, j’ai décidé de la tuer », avoue-t-il. Pour confirmer ses révélations, les gendarmes se sont adressés au médecin légiste qui a confirmé, après une autopsie du corps de la défunte, qu’elle était effectivement enceinte. Dans ses révélations, l’auteur du crime a évoqué aussi que « j’ai fixé un rendez-vous avec elle et je suis passé la prendre à bord de mon véhicule. En cours de route nous nous sommes disputés, car elle a insisté sur le fait qu’elle restait avec moi tout en refusant de retourner à la demeure de ses parents. Chose qui m’a rendu fou. Alors je l’ai renversée avec ma voiture.

En chutant, son crâne s’est écrasé sur le sol et elle a perdu connaissance. Je crois qu’elle était déjà morte, alors j’ai ramassé son corps puis je l’ai mi sur le siège arrière, avant de prendre la route vers la forêt d’Ain El-Deys où j’ai abandonné son cadavre dans une décharge, tout en brûlant tous ses papiers et son corps, cela pour ne laisser aucune preuve ni trace de mes empreintes », avoue-t-il aux gendarmes. « J’ai rebroussé chemin vers ma maison comme si rien ne s’était produit, avant que vous m’arrêtiez », finit-il. Suite à ses aveux sur l’assassinat de son amante, l’homme a été présenté, hier, devant le procureur de la République près la cour d’Oum El-Bouaghi et placé en détention.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email