-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ould Salek : «Le sommet d’Abidjan est une victoire historique pour la RASD»

Ould Salek : «Le sommet d’Abidjan est une victoire historique pour la RASD»

Le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a qualifié, hier à Alger, la participation de son pays, pour la première fois, au 5e sommet de l’UA( l’Union africaine) et l’UE (l’Union européenne), qui s’est tenu à Abidjan la semaine dernière, de victoire pour le Sahara occidental et l’UA.

Selon M. Ould Salek, l’Etat sahraoui est une « réalité irréversible » qui a été confirmée, encore une fois, par la présence de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à cette rencontre afro-européenne.

Le porte parole de la RASD, lors d’une conférence de presse, a tenu à souligner que Mohamed VI et Macron ont fini par accepter de s’asseoir, côte à côte, avec la délégation sahraouie pour étudier les différentes questions figurant à l’ordre du jour de ce sommet.

Ce qui est une première et un évènement historique dans le parcours sahraoui en termes de militantisme, a-t-il enchaîné. Cet élan témoigne, à ses yeux, de la primauté du respect du droit de tous les peuples à la liberté afin que la paix et la sécurité règnent dans toutes les contrées du Continent africain. 

Seules les relations équilibrées et les intérêts communs sont pris en considération en vue de bâtir une union solide et unie qui soit en mesure de s’imposer à l’échelle internationale. Par ailleurs, M. Ould Salek a considéré que cette participation est aussi une victoire pour l’Union européenne bien que cette dernière institution ait pu faire abstraction des pressions parisiennes et marocaines qui tentaient d’empêcher la présence sahraouie à ce sommet. 

Le rôle qu’a joué l’UE est positif et important pour éradiquer le colonialisme de l’Afrique, a-t-il dit, d’autant plus que les deux pays qui ont tracé les frontières du Sahara occidental, en l’occurrence la France et l’Espagne, appartiennent au Vieux-Continent (l’Europe). 

Dans le même ordre d’idées, le ministre sahraoui des AE, a considéré que le partenariat entre l’Afrique et l’Europe devrait se faire dans un climat assaini de toute sensibilité entre les pays partenaires, et ce dans le but d’instaurer des relations fondées sur le respect des libertés et la souveraineté des Etats. Un tel climat, a-t-il nuancé, sera assurément favorable pour le développement durable et la stabilité en Afrique.

Il a en outre soutenu que l’UE est appelée à respecter les décisions de la Cour de justice de l’Union européenne (CJEP), portant interdiction de conclure des conventions avec le Maroc concernant les biens et les ressources relevant des territoires sahraouis. Dans le même contexte, M. Ould Salek a indiqué que l’UE, du fait son statut et de son poids, pourra imposer, avec les Nations unies, à El-Makhzen, de revenir sur son intransigeance et de libérer définitivement les territoires sahraouis occupés.

Pour le conférencier, il est inacceptable que les instances internationales continuent à jouer le rôle de « spectateur » vis-à vis des crimes et infractions commis en toute impunité contre le peuple sahraoui par les forces marocaines.

Tout compte fait, la participation de la RASD au 5e sommet UA-UE a créé, certes, une vive polémique et vu la tergiversation de quelques pays quant à la présence de ce pays voisin, mais elle a fini par se concrétiser et devenir une réalité inéluctable. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email