-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ould Kaddour nouveau PDG de Sonatrach

Ould Kaddour nouveau PDG de Sonatrach

Le PDG de Sonatrach, Amine Mazouzi, a été démis lundi de ses fonctions lors de la réunion du conseil d’administration du groupe pétrolier, en présence du ministre de l’Energie Noureddine Boutarfa. Il a été remplacé par Abdelmoumen Ould Kaddour, ancien PDG de Brown and Rooth Condor (BRC), une filiale algéro-américaine de Sonatrach.

Le motif invoqué serait « le bilan négatif » du désormais ex-PDG du groupe pétrolier. Dans un communiqué rendu public, le ministre de l’Energie a appelé le nouveau PDG de Sonatrach « à agir en toute responsabilité et en toute confiance en vue de mette en œuvre les changements qualitatifs permettant à Sonatrach d’évoluer et de prospérer dans un climat d’entreprise serein, propice à la prise d’initiatives et de décisions ».

Il a également invité le PDG et les hauts responsables de Sonatrach « à faire preuve d’un engagement sans faille pour préserver les intérêts de Sonatrach et à faire évoluer les pratiques managériales et productives pour rendre la compagnie capable de s’adapter aux changements de son environnement ».

Le ministre de l’Energie a également témoigné de son soutien et de celui des plus hautes autorités du pays et à leur tête le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui souhaite que Sonatrach renoue avec la sérénité, la cohésion et l’exemplarité », poursuit le communiqué.

Le successeur de Mazouzi, Abdelmoumen Ould Kaddour, est un polytechnicien diplômé du Massachusetts Institute of technologie (MIT) aux Etats-Unis. Il est, selon des proches, « connu pour son très haut niveau de management ».

La source ajoute que sa nomination est motivée par le souci de « redresser la situation » de la compagnie qui a atteint un degré de décrépitude avancée. La polémique née de la rupture de l’approvisionnement en gaz du marché français aurait été l’élément déclencheur de son départ de Sonatrach et l’a beaucoup desservi.

L’ampleur de la baisse des livraisons de gaz liquéfié algérien vers la France a certainement pesé sur cette décision des plus hautes autorités du pays. Le directeur général de GRTgaz, client français de Sonatrach, a déclaré que la France a connu une situation assez préoccupante du fait du quasi-arrêt des livraisons de gaz depuis l’Algérie au terminal méthanier de Fos-sur-Mer.

Il a donné une explication à ce « quasi-arrêt » en affirmant : « Cette situation tendue vient d’un problème de production en Algérie, l’un des principaux fournisseurs de gaz en France ». « De nombreux « bateaux (transportant du gaz naturel liquéfié) ont été annulés », a ajouté le DG de GRTgaz. Ainsi, deux ans après sa désignation en mai 2015 à la tête de Sonatrach, Mazouzi quitte la compagnie sur une inquiétante controverse.

Alors qu’elle fait régulièrement état de la hausse de sa production, le dernier rapport de l’Agence internationale de l’Énergie (AIE), publié le 6 mars dernier, indique que la production algérienne devrait baisser dans les années à venir, passant de 1,14 million de barils par jour (mb/j) produits en 2016 à 1,05 million de barils par jour en 2022.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email