-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ould Abbès : «Voter FLN, c’est voter pour la paix, la stabilité et la sécurité»

Ould Abbès : «Voter FLN, c’est voter pour la paix, la stabilité et la sécurité»

Djamel Ould Abbès est venu à Constantine exalter le patriotisme du FLN. Il usera de peu de mots pour parler de son programme, se contentant de rappeler qu’il est indissociable de celui du président de la République, citant au passages la politique sociale soutenu depuis 1962 par le FLN, dont notamment la gratuité de la médecine et de l’enseignement, ou encore les réalisations dans le secteur de l’habitat où près de 3 040 000 unités ont été construites entre 1999 et 2016, des réalisations qui n’ont pu être effectuées que grâce au président d’honneur du parti.

« Tout ce qui a été réalisé depuis 1999 avait la bénédiction du FLN », dira-t-il en substance. Ould Abbès a tenu à réitérer ses propos tenus un peu partout à travers les villes lors de ses vingt-deux escales pour la campagne électorale. « Le FLN est la colonne vertébrale de l’Etat algérien, fondé par des hommes fiers de leur appartenance au Front dont Zighoud Youcef, Abdelmalek Ramdane ou encore Larbi Ben M’hidi « , dira-t-il pour couper court au critiques qui fusèrent à la suite de propos similaires qu’il avait tenus un peu partout, des critiques notamment de formations politiques. 

Il ne manquera pas au passage de rappeler son combat, alors étudiant, au sein de l’Organisation secrète (OS) auprès d’un Constantinois, Abdelmalek Ramdane en l’occurrence.

Avec tout le respect que le FLN doit aux autres partis, tout le monde, dira-t-il, doit reconnaître « que le FLN est un Etat « et qu’en tant que militants du FLN, « nous avons libéré le pays et nous sommes en train de le construire « , lancera-t-il encore sous les applaudissements de la salle archi-comble de la Maison de la culture Malek-Haddad. « Mais il est temps aujourd’hui de penser à passer le flambeau aux jeunes générations, notamment celles issues de l’Unja, lancera-t-il, sous les youyous, en direction des jeunes militants de l’Union. 

« Il notera aussi que le FLN continue d’attirer citoyens et organisation à travers tout le pays. Il citera les récents ralliements d’au moins sept P-APC (4 du RND, un de HMS, un de l’ANR et un du PT) en sus d’organisations nationales dont celles des travailleurs (UGTA), des agriculteurs (UNAA), des femmes (UNFA) des étudiants (huit organisations estudiantines) et de celui d’anciens condamnés à mort regroupé dans l’ONCM. 

Plutôt à l’aise dans son verbe, Ould Abbès avait par ailleurs tenu à préciser que son passage dans la capitale de l’Est en ce « jour béni « -le 16 avril- lui rappelle deux événements : l’un cher au peuple algérien en ce sens qu’il marque « Youm el Ilm « , date anniversaire de la disparition du théologien Abdelhamid Benbadis et l’autre lui est cher, dira-t-il, lorsqu’il fut chargé, alors ministre, de présider le congrès des médecins arabes en 2001 organisé à l’Université Emir-Abdelkader, une rencontre à laquelle avaient assisté près de 1 000 médecins.

A la fin, il appellera les électeurs à voter pour son parti pour la simple raison, dira-t-il, que « celui qui mettra dans l’urne le bulletin du FLN votera pour la stabilité, la paix et la sécurité « . 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email