-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ould Abbès veut rester jusqu’à 2020

Ould Abbès veut rester jusqu’à 2020

Comme nous le supputions hier, le nouveau SG du FLN, Djamel Ould Abbès devrait prendre langue incessamment avec les principaux opposants de Saadani à savoir Belayat, Abdelaziz Belkhadem et Abdelkrim Abada.

La rencontre avec ces trois anciens hauts responsables du FLN devrait même intervenir durant le week-end prochain selon un membre influent du BP du parti.

D’ailleurs, sitôt intronisé, le SG du FLN a annoncé son désir de rencontrer tous les anciens cadres restés à la marge du parti durant l’épisode Saadani ou de Belkhadem, « Je suis prêt à rencontrer tous les anciens cadres du parti » dira-t-il lors de sa première intervention publique.

²Selon lui, la tâche prioritaire et à laquelle il doit d’ores est déjà s’atteler et « l’unité des rangs » du parti : « Je suis disponible et prêt à écouter toutes les parties et tous les militants, à condition qu’ils se conforment au programme du parti qui stipule le soutien au président de la République et à son programme. Les portes du FLN sont ouvertes à tout le monde et particulièrement aux « anciens », a déclaré Ould-Abbès. 

Cette rencontre, préparée avec le plus grand soin par l’équipe du nouveau SG du FLN devrait déboucher sur un communiqué commun dans lequel seront consignés tous les points débattus lors de cette rencontre, ajoute la même source. Mais le point le plus sensible reste celui de la confection des listes des candidats aux prochaines législatives de 2017. Les divers courants qui composent aujourd’hui dedans et en dehors du FLN se disputent âprement les premières places. 

Les opposants à Saadani ont menacé de perturber la campagne du FLN aux législatives et ont également affiché leur inttention de concurrencer les listes de ce parti à travers des listes indépendantes.

A Bouzaréah par exemple, trois réunions organisées en un mois n’ont pas suffi à dégager la liste finale. Le second point qui peut faire apparaître les futures dissensions est la composante actuelle du bureau politique, toute acquise aux thèses de l’ex-SG.

Durant sa première prise de parole, le nouveau SG a laissé entendre qu’il continuera à travailler avec l’équipe actuelle jusqu’au terme du mandat en 2020. Depuis l’intronisation de Saadani au poste de SG du parti, le parti a continué à vivre au rythme des soubresauts. La destitution de Belkhadem en janvier 2012 n’a pas arrangé les choses. Hier amis et aujourd’hui ennemis, les responsables du parti ne ratent aucune occasion pour tirer sur l’autre. Les retournements de situation sont devenus légion dans ce parti.

L’élection présidentielle du 17 avril 2014 a encore radicalisé les tensions. A telle enseigne qu’aujourd’hui personne ne sait dans quelle direction va le vent. Amar Saâdani a payé certainement pour ses saillies contre ses détracteurs. Cette longue descente aux enfers pour le parti a débuté il y a deux ans. Maintenu en sourdine depuis des mois le conflit vient d’exploser, alors que les affrontements internes s’enchaînent au sein du parti.

Il laisse deviner un grand malaise au sein de cette formation, ballottée entre ses habitudes de longs débats en assemblées et les oukases de ses chefs politique. Déjà un certain nombre de députés, jusque-là bien sages, ont décidé de ruer dans les brancards, en exigeant le départ du chef du groupe parlementaire.

En effet, les membres du groupe du FLN à l’APN, dans une déclaration rendue publique hier, exultent de « joie et de reconnaissance » envers le président de leur parti qui n’a pas manqué, une fois de plus, d’annuler « les infractions au règlement intérieur » commises par l’ex-SG et son protégé Mohamed Djemaï, l’actuel chef du groupe parlementaire, en rétablissant les membres de la commission des finances. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email