-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ould Abbès persiste et signe:« La présidence n’a rien à voir avec la crise de l’APN »

Ould Abbès persiste et signe:« La présidence n’a rien à voir avec la crise de l’APN »

Le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould Abbès a affirmé ce samedi que la présidence de la République n’a rien à voir dans la crise qui secoue l’assemblée populaire nationale, depuis que des députés des partis de la coalition réclament le départ de son président Said Bouhadja.

Il a soutenu qu’à l’origine de ce conflit, le renvoi ou le limogeage du secrétaire général de l’institution parlementaire, qui est un cadre du parti. Selon le patron du FLN, il existe une pétition signée par 351 députés sur 462 qui exigent le retrait de Bouhadja de la tête de l’APN.

Lors d’une rencontre à Béchar avec les cadres et les militants du parti, Ould Abbès n’a pas hésité à enfoncer encore plus Bouhadja ce dernier ne cesse, depuis une dizaine de jours, de clamer à qui veut l’entendre qu’il attend une réponse de la Présidence. Pour le FLN, le président Bouteflika n’a rien à voir avec cette crise et il ne peut y intervenir, étant donné qu’il est le garant de la stabilité des institutions et du respect des dispositions constitutionnelles. L’entêtement du président de la Chambre basse est plutôt qualifié d’acte déstabilisateur, un geste « malsain » qui met mal à l’aise le déroulement des activités normales des institutions de l’Etat. Or, la réalité est flagrante et ne plaide guère pour Bouhadja, à savoir le refus affiché des trois-quarts des parlementaires de travailler avec lui. Même son propre parti, avec toutes ses instances, l’a lâché ouvertement dans cette affaire qui n’a pas révélé tous ses secrets.

Cependant, le patron du FLN a exhorté Bouhadja à la sagesse et à la lucidité, en prenant en considération la conjoncture actuelle du pays. Il a également souhaité que le président de l’APN respecte la discipline au sein du parti et l’exhorte à la vigilance dans ces épreuves difficiles.

Ould Abbès a invité Said Bouhadja à remettre sa démission et espère le dénouement de la crise durant les prochaines 48 heures, affirmant que sa formation politique voue un “grand respect” à l’APN et à ses membres, “même ceux de l’opposition”. “D’où notre conseil au président de l’APN de démissionner de son poste”, a ajouté Ould Abbès. Il a annoncé la tenue aujourd’hui d’une réunion du Bureau politique de son parti pour passer encore une fois en revue cette crise.

Auparavant, Ould Abbès avait présidé une rencontre avec les cadres et militants de son parti, durant laquelle il a réitéré le souhait de sa formation politique de voir le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, continuer sa mission à la tête de l’Etat. Il affirme à ce sujet que ce choix est “justifié par ses différentes et grandes réalisations durant ces vingt dernières années”.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email