-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ould Abbès menace: «celui qui bouge va payer…»

Ould Abbès menace: «celui qui bouge va payer…»

Les deux ex-Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Abdelaziz Belkhadem, le président de l’APN, Said Bouhadja, le ministre en charge des relations avec le Parlement, Tahar Khaoua, l’ex-ministre de l’Agriculture, Abdelouahab Nouri, l’ex-ministre de la Communication, Hamid Grine, et le vice-président de l’APN Djamel Bouras, ont tous adressé une lettre officielle au parti, se démarquant de l’initiative de Tliba, a indiqué ce mardi le SG du FLN, Djamel Ould Abbès.
Ce dernier également indiqué qu’il attendait d’autres démentis de personnes citées par le député d’Annaba. Après avoir observé les réactions de ces personnalités, Djamel Ould Abbès s’est finalement ravisé. Il n’impliquera pas le Bureau politique du parti dans l’affaire Tliba, le député proche d’Amar Saâdani et auteur de l’initiative de soutien au président Bouteflika pour un 5e mandat. Selon un membre du BP, « c’est faire trop d’honneur et donner trop d’importance à une personne qui n’en est pas une. Nous savons exactement d’où vient ce tir. Un rapport a été rédigé et sera transmis au président du parti, c’est-à-dire le président Bouteflika », a ajouté cette source.

De son côté, Djamel Ould Abbès a indiqué hier au cours d’un point de presse improvisé au siège du parti qu’il avait pris la décision de traduire en commission de discipline le député d’Annaba Baha Eddine Tliba : « La coordination qu’il a annoncée, c’est du vent », a-t-il ironisé en affirmant que toutes les personnalités citées comme faisant partie de cette coordination ont démenti :« Sellal a démenti, Belkhadem a envoyé un démenti écrit à Echourouk, Rahiel (ex-ministre) est dans la salle, Abdelkader Ouali, ancien wali et ancien ministre aussi (…). Grine est celui qui a écrit le démenti, il y a des ministres cités qui sont présents ici, le président de l’APN va le faire officiellement ce soir (hier) », ajoute le patron du FLN. « Attention ! Attention ! Celui qui bouge va payer ; je ne ferai plus de quartier ; il y va de la stabilité du parti ; ces rumeurs et ces initiatives inopportunes sont déstabilisatrices », précise Ould Abbès. Pour ce dernier, qui qualifie l’initiative de Tliba de « gesticulation grossière », la présidentielle « est du seul ressort » du président Bouteflika, président du parti : « Le jour où il prendra sa décision, nous serons prêts pour ce qui nous concerne, mais personne ne doit s’ingérer dans ses prérogatives, ni dans sa volonté.
Le chef de l’État est le président du FLN. Le premier et le dernier mot lui reviennent. Quand il nous informera, on vous transmettra. On ne rentre pas dans ses prérogatives. Donc, j’ai décidé de traduire Tliba en commission de discipline », a-t-il expliqué avant de menacer : « Celui qui bouge dorénavant passera devant la commission de discipline. » Djamel Ould Abbès assure que le parti enquête sur ceux qui sont à l’origine de l’initiative de Baha Eddine Tliba.

Selon la source citée plus haut, la commission de discipline qui va entendre Tliba ne va pas l’exclure du parti. : « Un avertissement écrit lui sera remis et s’il s’avise de recommencer, il sera exclu des rangs du parti. Il sera également interdit de parole et il ne pourra plus parler au nom de celui-ci. Il y a des personnes qualifiées pour le faire à chaque fois que la situation l’exige ».
Cependant, l’offensive pour le cinquième mandat semble se poursuivre.
L’Organisation nationale des zaouïas a annoncé son adhésion à l’initiative de Baha-Eddine Tliba. Son président, Abdelkader Bassine, a annoncé le ralliement de cette organisation à la Coordination nationale de soutien au cinquième mandat du président Bouteflika. Aussi, les cadres et militants du FLN ne manqueront pas à soulever la question, lors de leur prochaine session du comité central qui doit se tenir au mois de mars prochain.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email