-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ould Abbès jeudi à Blida et samedi à Tipasa

Ould Abbès jeudi à Blida et samedi à Tipasa

Après la décision du bureau politique du FLN de mettre en place des commissions locales pour la préparation des législatives du printemps, le SG du parti, Djamel Ould Abbès, se déplacera en personne jeudi à Boufarik pour l’inauguration dans la matinée du siège de la mouhafadha du parti, et l’après-midi à Blida où il procèdera à la salle Sonelgaz à l’installation de la commission de wilaya.

Il sera également de sortie à Tipasa samedi prochain pour l’installation de la même commission. Pour rappel, des membres du BP sont également chargés, à travers différentes régions du pays, de mettre en place ces commissions, qui doivent recevoir et étudier les candidatures pour les législatives. 

Le SG du FLN a affirmé, samedi dernier lors de la réunion avec les mouhafadha, que la candidature aux législatives « reste ouverte » à tous sans exclusion aucune : « Celui qui désire se présenter aux prochaines élections, qu’il le fasse », a a-t-il indiqué,a précisant que l’« ère de l’achat des consciences et de la corruption est révolu à jamais ». En plus des conditions posées par le code électoral, la direction du FLN a exigé que les candidats du parti soient « propres, crédibles et avoir de bons rapports avec les citoyens ».

Ce sont les mouhafedhs qui se chargeront de trier et d’établir les listes électorales. Le dernier mot reviendra à la commission nationale. C’est le cursus du militant qui prévaudrait en fin de compte, selon les critères arrêtés par la nouvelle direction du FLN.
Le dépôt des dossiers de candidature a débuté il y a quelques jours. L’établissement des listes se fera entre le 7 et le 27 février. 

La direction du parti a ainsi fixé le 30 janvier comme date-butoir au dépôt des dossiers de candidature auprès des commissions qui seront constituées et ce, jusqu’au 21 janvier. Enfin le FLN a lancé hier, à titre expérimental, une télévision sur les mêmes fréquences que celles attribuées auparavant à la chaîne TV privée KBC.

Sur l’écran, on voyait le drapeau algérien et le logo officiel du parti, bien visible en haut à droite de l’écran, et des chansons patriotiques passaient en boucle. Le FLN veut visiblement mettre tous les atouts de son côté pour, une fois de plus, rafler la mise lors des législatives et demeurer ainsi le parti majoritaire, une place que lui disputent son frère ennemi le RND de Ahmed Ouyahia et la montée en puissance du courant islamiste.

Ces derniers, de peur d’être laminés aux législatives, fusionnent ou passent des alliances avec l’ambition de retrouver une influence qui n’a cessé de reculer ces dernières années. Lors des législatives de 2012, ce courant, qui espérait surfer sur les victoires de leur mouvance dans les pays du Printemps arabe, avait enregistré son plus mauvais score depuis le premier scrutin pluraliste de 1990.

En décembre 2016, trois partis islamistes ont décidé d’établir une alliance stratégique unitaire en vue des législatives comme première étape vers une fusion d’ici la fin de 2017. Il s’agit d’El Bina, du Front pour la justice et le développement (FJD) d’Abdallah Djaballah et du mouvement Ennahda que ce même Djaballah avait créé dans les années 1990 avant d’en être écarté.

Parallèlement, deux autres formations, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) et le Front du changement (FC), parti dissident du premier, ont annoncé leur fusion pour l’année prochaine. Pour les législatives elles constitueront des listes communes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email