-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ould Abbès à Médéa : «Pas de promesses irréalistes»

Ould Abbès à Médéa : «Pas de promesses irréalistes»

Djamel Ould Abbès, secrétaire général du FLN, a appelé hier les candidats de son parti aux élections communales d’éviter de tenir des promesses irréalistes qui porteraient atteinte à la crédibilité du parti et contrarieraient ses résultats.

Lors d’un meeting à la salle omnisports du complexe olympique, en présence d’une délégation composée d’anciens ministres, de sénateurs et de nombreux cadres centraux du parti, Ould Abbès a fait part du mécontentement des citoyens quant aux promesses non tenues par les précédents membres des APC.

Dans son intervention devant ses militants, il a su trouver les mots adéquats pour galvaniser l’assistance qui n’attendait que le signal pour donner de la voix et laisser fuser des youyous d’une salle pleine à craquer.

Après avoir revêtu le burnous offert par les militants du parti, Ould Abbès se réjouira de la présentation faite par le candidat et tête de liste et néanmoins président sortant de l’APW à propos du numéro 5 dévolu à la liste des candidats du parti qui, dit-il, correspond à la date de l’indépendance du pays.

Il attirera l’attention de ses militants sur l’importance que revêtent les prochaines élections locales lesquelles, dira-t-il, constituent un virage sensible dans le processus de construction démocratique en Algérie. « Car j’ai entendu certaines mauvaises langues parler de la légitimité révolutionnaire. Il faut se demander qui a mené la révolution armée ? 

Qui a libéré le pays ? Le FLN est un Etat, il est même un Etat et demi, étant lui qui a aussi organisé la construction du pays et qui bénéficie de l’aura du président Abdelaziz Bouteflika, chef de l’Etat et du parti. » Il a exhorté ses militants à aller à la rencontre des masses, à écouter les doléances des catégories vulnérables que le FLN a toujours défendues, en évitant de donner des promesses irréalisables.

Il n’a pas manqué aussi de demander à ses partisans de rester vigilants et de surveiller les urnes le jour du scrutin pour, dira-t-il, ne pas subir les surprises des résultats des précédentes élections législatives pour asseoir le slogan « FLN forever ».

Faisant l’éloge de son parti, il citera le nombre de 60 000 militants à l’échelle nationale, chose qui a rendu difficile le choix des listes des candidats aux élections du 23 novembre. Et pour cause, dira-t-il, le FLN a changé, c’est un FLN nouveau qui comprend en son sein de plus en plus de jeunes et de femmes et qui, pour la 1re fois, compte 65 % de niveau universitaire et 70 % de moins de 45 ans. « Notre génération est devenue vieille, le flambeau doit passer à la génération de relève dont elle assurera l’encadrement en tant que moudjahidine et rester à ses côtés afin de la soutenir et de lui éclairer la voie », a-t-il encore souligné.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email