-- -- -- / -- -- --
Culture

« On veut casser les préjugés sur l’Algérie »

« On veut casser les préjugés sur l’Algérie »

Dans une Algérie où le tourisme peine à trouver les bons rouages, un groupe de jeunes a pris les choses en main, et ce, pour mettre en exergue la splendeur du pays. En s’appuyant sur les réseaux sociaux, ces jeunes font du tourisme culturel à travers des sorties, organisées tous les vendredis et samedis depuis 2013. Des rendez-vous incontournables pour les amateurs de la photo et les mordus de la nature. Aujourd’hui, Amir Larbi-Bouamrane, le fondateur de Sortie Photo Algérie, nous parle de ce concept à la fois fun et sympathique. 

Le Jeune Indépendant : Vous utilisez les réseaux sociaux pour organiser des sorties photo. Comment vous est venue l’idée de lancer ce concept ?

Amir Larbi-Bouamrane : On était tous conscients que l’Algérie avait un potentiel énorme en matière de tourisme. Mais à un moment et à cause de l’insécurité, rien ne pouvait être envisageable dans ce sens. A partir des années où cela allait mieux, on a commencé à organiser des escapades entre amis. Par la suite, on a créé notre agence Schwarz, le premier évènement de tourisme culturel en Algérie. La photographie et les réseaux sociaux sont à la portée de tout le monde, c’était notre potion magique pour faire connaître au plus vite les magnifiques paysages de l’Algérie et inciter ainsi les gens à sortir.

Vous proposez plusieurs parcours, que ce soit dans le Nord ou bien le Sud algérien. On découvre, entre autres, des dunes, des barrages, des forêts et des montagnes. Selon quels critères vous choisissez ces endroits ?

Avec le temps, on a voulu diversifier nos sorties pour trouver d’autres destinations. Par la suite, on a créé un nouvel évènement : Eskapade, Trek-Aventure en Algérie pour les passionnés d’aventures et de randonnées dans des sites reculés. Depuis, on travaille sans cesse à la recherche de parcours et de sites riches en histoire et de paysages avec une seule limite : les frontières de notre territoire national. 

Une escapade pour la promotion du pays

Peut-on parler d’un tourisme parallèle qui pallie le manque d’offres et d’infrastructures ?

Malheureusement, on assiste à l’émergence de certains groupes. Ils font des excursions de façon très anarchique. Ils ne respectent ni la nature ni les consignes minimales de sécurité. Ce qui ne contribue aucunement à l’amélioration et au développement du secteur. Il faut dire que c’est un marché très sensible. Notre principale mission est la promotion des villes et des régions algériennes. On veut casser les préjugés selon lesquels l’Algérie n’est pas un pays propre et le tourisme n’y a pas sa place. On travaille d’arrache-pied pour convaincre les investisseurs de se prononcer favorables au développement d’infrastructures dans les sites touristiques.

Les sorties sont programmées le vendredi. Cherchez-vous cette bouffée d’air dans un Alger embouteillé ?

En ce moment, pour les escapades d’une journée, c’est chaque vendredi et samedi. On en profite pour changer d’air, notamment pour les gens qui travaillent durant la semaine. Bien sûr, le but est d’oublier la routine et la circulation infernale des grandes villes.

Vous avez parié sur les jeunes pour l’accompagnement et l’assistance durant les sorties. Vous n’avez pas eu d’appréhensions par rapport à leur expérience ?

On a préféré investir pour l’apprentissage de ces jeunes car c’est un nouveau métier en Algérie. Notre clientèle principale est algérienne et on aimerait contribuer à l’ouverture et à la vulgarisation du tourisme dans ce pays.

Comptez-vous élargir vos activités dans un proche avenir ?

On a toujours été à l’écoute quand il s’agit du développement et de l’amélioration de notre activité. On souhaite que les médias nous aident à faire connaître les activités touristiques en Algérie. Nous voulons mettre en lumière les régions et les villes algériennes car, en ce moment, il y a un manque cruel de médiatisation concernant ce secteur. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email