-- -- -- / -- -- --
Monde

«On ne sait rien du projet de réponse Russie-Iran-Damas à l’agression en Syrie»

«On ne sait rien du projet de réponse Russie-Iran-Damas à l’agression en Syrie»

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a démenti ce lundi les informations selon lesquelles suite à la frappe américaine contre une base syrienne, les militaires russes, iraniens et syriens se prépareraient à donner une réponse « musclée » en cas de nouvelle agression.

Le Kremlin dit ne pas « être au courant » des déclarations qui auraient été faites par le « centre de commandement conjoint » de la Russie, de l’Iran et des alliés de Damas.

Citant le média « Al Ilam Al Harbi », l’agence Reuters a diffusé dimanche des informations selon lesquelles le centre en question aurait « accusé Washington d’avoir franchi une « ligne rouge » en bombardant la Syrie » et « s’engageait à « répondre à partir de maintenant avec force à tout agresseur ou tout franchissement de ligne rouge par qui que ce soit ».

Prié par les journalistes de commenter ces informations, le porte-parole du Kremlin a répondu : « Nous ne sommes pas au courant, nous ne pouvons pas le confirmer ». M. Peskov a dit ne pas savoir où les médias avaient puisé ces informations.

Dans la nuit du 6 au 7 avril 2017, les États-Unis ont tiré 59 missiles Tomahawk sur la base aérienne de Shayrat en Syrie qui, selon Washington, serait « associée au programme » d’armes chimiques de Damas et « directement liée » à l’attaque à l’arme chimique survenue le 4 avril.

Les missiles ont été tirés depuis des destroyers de l’U.S. Navy dans l’est de la Méditerranée, touchant plusieurs cibles sur la base de Shayrat. Par ailleurs, Pékin appelle à respecter le choix des Syriens concernant l’avenir de leur pays.

La Chine est contre l’emploi de la force en Syrie et appelle à respecter la souveraineté de ce pays, a annoncé lundi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying, commentant la frappe américaine contre la base aérienne syrienne de Shayrat Les autorités chinoises se sont toujours prononcées contre le recours à la force dans les relations internationales et préconisent le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des autres États.

Nous considérons que seuls les moyens politiques permettront de régler la crise syrienne « , a indiqué Hua Chunying priée de préciser si le secrétaire d’État américain Rex Tillerson avait bien interprété les récents propos de Xi Jinping.

Les États-Unis ont tiré 59 missiles Tomahawk sur la base aérienne de Shayrat en Syrie dans la nuit du 6 au 7 avril, en réaction à l’attaque chimique présumée du 4 avril à Khan Cheikhoun, attribuée par l’opposition syrienne et le Président américain Donald Trump aux forces gouvernementales. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email