Nouvelle polémique dans les écoles: Ça chauffe entre le français et l'anglais – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Nouvelle polémique dans les écoles: Ça chauffe entre le français et l’anglais

Nouvelle polémique dans les écoles: Ça chauffe entre le français et l’anglais

A l’indépendance, l’Algérie a repensé le système éducatif, qui s’inspirait de l’école française, de manière à promouvoir les cultures arabe et amazighe, tout en incluant le français comme seconde langue, recrutant ainsi de nombreux enseignants ayant été soumis à des concours organisés dans les deux langues.

Depuis, le gouvernement est resté fidèle à cette pédagogie, en enseignant le français dès le cycle primaire et l’anglais à partir de la première année moyenne. Or, la semaine dernière, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé, lors d’un Conseil des ministres, une réforme du système éducatif qui repose sur l’enseignement de l’anglais à partir du cycle primaire.

Cette nouvelle mesure répond à une volonté des autorités de réformer le système éducatif national. Selon un communiqué d’El-Mouradia, « le président de la République a mis l’accent sur la nécessité de réviser les programmes éducatifs en se référant à l’esprit pédagogique qui a permis la formation, depuis l’indépendance, d’une élite dans diverses spécialités ».

Il convient de constater que la langue de Shakespeare commence à gagner de plus en plus de terrain dans le pays, grâce à l’université, à l’instar de l’Ecole supérieure de mathématiques et celle de l’intelligence artificielle, deux spécialités dispensées en français.

Toutefois, l’adoption de l’anglais au cycle primaire a donné lieu à une polémique au sein de la famille éducative. Un tiraillement qui se joue sur la tête des écoliers et loin des parents d’élèves.

Des appels à la suppression de la langue de Molière au primaire se sont répétées ces dernières temps lancés par l’Organisation algérienne des professeurs de l’éducation (OAPE), qui a justifié sa position par l’allègement du programme de l’élève.

Dans un communiqué, à l’issue de la réunion de son bureau national, l’OAPE a plaidé pour que « le français soit uniquement maintenu, comme toutes les autres langues, aux cycles moyen et secondaire », tout en appelant le ministère de l’Education nationale à « adopter l’enseignement de l’anglais à partir de la prochaine année scolaire », alors que son application devrait être précédée par une « étude approfondie menée par des experts et des spécialistes », comme l’a instruit le président de la République.

C’est pourquoi le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF), Boualem Amoura, a estimé qu’une telle déclaration, avancée par un pédagogue, devrait être « examinée», en prenant en considération « les conséquences d’une telle proposition et la possibilité qu’elle soit appliquée sur le terrain ».

Contacté ce dimanche par le Jeune Indépendant au sujet de l’argumentaire de l’OAPE quant à l’allègement du programme de l’élève en M. Amoura a affirmé qu’il « faut savoir que le français n’est dispensé qu’à partir de la 3e année et il n’occupe pas un volume horaire important ».

Il a rappelé que cette organisation était auparavant hostile à l’enseignement du tamazight et plaidait pour une augmentation du volume horaire des sciences islamiques. « Pour eux, le problème de l’école algérienne est d’écrire la date hégirienne », a regretté M. Amoura.
« La suspension du français est en fait une considération idéologique qui n’a rien à voir avec le savoir », a-t-il ajouté.

De son côté, le directeur de la pédagogie au ministère de l’Education, Kamel Nouari, a estimé que les décisions pédagogiques devraient être prises selon des études approfondies, précisant que la proposition de cette organisation est « plus proche du populisme que de l’aspect pédagogique » car elle est superficielle.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email