-- -- -- / -- -- --
Nationale

Nouvelle feuille de route pour Ouyahia ?

Nouvelle feuille de route pour Ouyahia ?

Selon le porte-parole du RND, Seddik Chiheb, le Premier ministre Ahmed Ouyahia présentera son plan d’action aux députés à la rentrée sociale : « Monsieur Ouyahia va présenter son plan d’action aux députés à la rentrée », affirme-t-il dans un entretien à TSA.

Le plan d’action du gouvernement ne sera pas présenté avant le 4 septembre prochain puisque la session parlementaire devra reprendre au début du mois de septembre.

Les parlementaires vont ainsi plancher directement sur le nouveau plan d’action qui leur sera soumis par Ouyahia. Le Premier ministre, nouvellement désigné, présentera bel et bien son plan d’action devant le Parlement (APN et Sénat).

Même si la date n’est pas encore communiquée officiellement, il passera devant les députés pour clarifier son plan d’action ou pour le moins le rendre visible. Ouyahia va devoir traiter des dossiers à haut risque comme la rentrée sociale, le pouvoir d’achat du citoyen qui ne cesse de s’éroder, ainsi que les nouvelles taxes attendues dans le prochain budget 2018.

Bien que la Constitution ne l’oblige pas à présenter son plan d’action et que la majorité de son gouvernement est issu de son prédécesseur, Ahmed Ouyahia aurait été instruit par le chef de l’Etat de mettre en œuvre une nouvelle politique destinée à apaiser la tension sociale et à rassurer les partenaires économiques et sociaux ébranlés par la mini-tempête Tebboune.

Selon la Constitution, le Premier ministre soumet le plan d’action du gouvernement à l’approbation de l’Assemblée populaire nationale. Celle-ci ouvre un débat général. 

Le Premier ministre peut adapter ce plan d’action, à la lumière de ce débat, en concertation avec le président de la République. Enfin, le Premier ministre présente au Conseil de la nation une communication sur le plan d’action du gouvernement tel qu’approuvé par l’Assemblée nationale. Le Conseil de la nation peut émettre une résolution.

Il reviendra à Ouyahia aujourd’hui d’entrer dans le vif du sujet et de décliner les secteurs qui seront encouragés, voire priorisés. Ainsi l’industrie automobile, l’habitat et les investissements seront les trois points focaux du plan d’action de Ouyahia. 

Dans une déclaration en marge de son installation à la tête du ministère de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi a énuméré les priorités de son secteur qui constitue, selon lui, un des piliers fondamentaux pour la construction d’une économie diversifiée et moins dépendante des hydrocarbures : « Nous allons nous pencher sur les dossiers sur lesquels le secteur travaille depuis de nombreuses années », a-t-il déclaré.

Il s’agit notamment de la valorisation du phosphate et des engrais, de la réalisation du projet de Gara Djebilet, qui date de très nombreuses années, et du développement de l’industrie sidérurgique.

Le ministre a également souligné l’importance des PME qui font « réellement » la force de toute économie. « Ce sont tous ces segments-là qui rendent le secteur (de l’industrie et des mines) important et sensible dans une conjoncture financière difficile.

C’est l’un des piliers fondamentaux pour une sortie progressive de la dépendance vis-à-vis des hydrocarbures et la construction d’une économie diversifiée », a-t-il soutenu. « Ce secteur, comme le prévoit le programme du président de la République, doit contribuer de manière beaucoup plus forte à la richesse nationale et à la création de l’emploi », a poursuivi Yousfi. Pour atteindre cet objectif, « nous allons travailler tous ensemble, cadres et travailleurs du secteur ».

A propos de l’industrie automobile, le ministre a déclaré que « c’est l’un des secteurs que nous allons examiner. L’objectif, encore une fois, c’est la contribution de l’industrie nationale à cette industrie automobile. L’intégration est l’objectif fondamental », dit-il. L’habitat et l’investissement seront eux aussi au cœur du plan d’action.

 Manifestement, pour le président Bouteflika et son gouvernement, la bataille du développement est la mère de toutes les réformes. 

Le Premier ministre a convié en urgence les partenaires économiques et sociaux (UGTA, FCE, CGEA, UNEP CNPA, CIPA, CAP, UNI, CGP-BTPH et l’AGEA) à une réunion tripartite avec le gouvernement pour demain. Cette rencontre intervient juste après la sortie du président Bouteflika qui a appelé, le 20 août dernier, le gouvernement et ses partenaires sociaux et économiques « à la solidarité, à la mobilisation et à l’unification des rangs ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email