Nouvelle brouille entre l'Algérie et la France, Tebboune rappelle l'ambassadeur à Paris – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale Algérie-France

Nouvelle brouille entre l’Algérie et la France, Tebboune rappelle l’ambassadeur à Paris

Nouvelle brouille entre l’Algérie et la France, Tebboune rappelle l’ambassadeur à Paris

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a ordonné le rappel en consultations de l’ambassadeur d’Algérie en France, Saïd Moussi, avec effet immédiat, indique mercredi un communiqué de la présidence de la République, une décision annonciatrice d’une nouvelle brouille entre Alger et Paris.

« Dans le prolongement de la note officielle par laquelle l’Algérie a protesté fermement contre l’exfiltration clandestine et illégale d’une ressortissante algérienne dont la présence physique sur le territoire national est prescrite par la justice algérienne, le président de la
République M. Abdelmadjid Tebboune a ordonné le rappel en consultations de l’Ambassadeur d’Algérie en France, Saïd Moussi, avec effet immédiat », souligne le communiqué.

Sortie clandestinement d’Algérie vers la Tunisie, la militante Amira Bouraoui, sous le coup d’une interdiction de quitter le territoire algérien (ISTN) a été exfiltré par le consulat de France en Tunisie alors qu’elle était sur le point d’être remise aux autorités algériennes par les autorités aéroportuaire tunisiennes.

Elle avait avait été arrêtée, vendredi, pour entrée illégale sur le territoire tunisien alors qu’elle se trouvait à l’aéroport international de Carthage (Tunis).

Des interventions des autorités français y compris de la présidence auprès des plus hautes autorités tunisiennes ont empêché son expulsion vers l’Algérie, une attitude dénoncée par le ministère algérien des affaires étrangères.

Dans un communiqué rendu public, le département de Ramtane Lamamra a fermement condamné ce qu’il a qualifié « de violation de la souveraineté nationale par des personnels diplomatiques, consulaires et de sécurité relevant de l’Etat français qui ont participé à une opération clandestine et illégale d’exfiltration d’une ressortissante algérienne dont la présence physique sur le territoire national est prescrite par la justice algérienne ».

« L’Algérie rejette ce développement qui cause un grand dommage aux relations algéro-françaises, comme inadmissible et inqualifiable », a indiqué le MAE algérien.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email