-- -- -- / -- -- --
Monde

Nouvelle agression israélienne près de Damas

Nouvelle agression israélienne près de Damas

Le gouvernement syrien a accusé Israël d’avoir bombardé hier son aéroport militaire dans la région de Mazzé, près de Damas, selon l’agence officielle de presse Sana. Citant une « source militaire », l’agence a précisé que « l’aviation israélienne a tiré plusieurs missiles dans la nuit » à partir du Golan occupé sur l’aéroport de Mazzé, dans la banlieue ouest de Damas, provoquant des incendies.

« Les forces armées syriennes mettent en garde l’ennemi israélien contre les répercussions de cette agression flagrante et affirment leur intention de poursuivre la guerre contre le terrorisme jusqu’à l’éradication de ce fléau », a ajouté la même source, sans faire état de victime.

Celle-ci accuse Israël de soutenir les « organisations terroristes » impliquées dans la guerre en Syrie. Interrogée plus tôt sur les explosions à Mazzé, l’armée israélienne s’est refusée à tout commentaire.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une officine proche du MI6 britannique, « les tirs de missiles ont visé des dépôts de munitions à Mazzé et provoqué huit explosions ».L’aéroport militaire de Mazzé, situé à huit km de Damas, abrite les services de renseignements de l’armée de l’air qui y disposent d’une vaste prison.

Le rgouvernement syrien avait accusé Israël d’avoir mené des raids contre cette base en décembre dernier. Selon les médias syriens, une série d’explosions a touché hier cet aéroport où plusieurs ambulances ont été dépêchées. Un correspondant de presse sur place a vu un large incendie et de la fumée s’élevant de la base militaire.

Le 7 décembre, l’agence Sana a affirmé que les environs de cette base avaient été touchés par des missiles sol-sol israéliens, tirés ą partir du plateau du Golan syrien occupé par Israël. C’était alors la seconde fois en huit jours qu’Israël frappait des positions militaires proches de Damas.

Israël, officiellement en état de guerre avec la Syrie, affirme rester à l’écart du conflit qui fait rage chez son voisin. Tel Aviv y mène toutefois des opérations ponctuelles notamment contre l’un de ses grands ennemis, le Hezbollah libanais, engagé dans le conflit aux côtés du président Bachar al-Assad.

En avril 2016, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a admis qu’Israël avait attaqué des dizaines de convois d’armes en Syrie destinés au Hezbollah.

Par ailleurs, « les Etats-Unis devraient certainement être invités, et nous sommes tombés d’accord sur ce point avec la Russie », a affirmé le ministre des Affaires étrangères turc jeudi en fin de soirée, à Genève, au sujet des discussions prévues le 23 janvier dans la capitale kazakhe autour de l’avenir de la Syrie.

Ces discussions avaient été annoncées après le cessez-le-feu syrien du 30 décembre, parrainé par la Russie, la Turquie et l’Iran.« Nous devons maintenir le cessez-le-feu, cela est essentiel pour les négociations d’Astana », a insisté Mevlut Cavusoglu, en précisant que les invitations pour les discussions au Kazakhstan devraient probablement être envoyées la semaine prochaine.

« Personne ne peut ignorer le rôle des Etats-Unis. Et ceci est une position de principe pour la Turquie », a-t-il insisté : « Ceux qui ont contribué ou qui devraient contribuer devraient être là, et pas seulement pour être sur la photo de famille », a-t-il ajouté. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email