-- -- -- / -- -- --
Nationale

Nouvel an et Mawlid Nabaoui à Taghit :Ouverture au monde et ferveur religieuse

Nouvel an et Mawlid Nabaoui à Taghit :Ouverture au monde et ferveur religieuse

Le grand Sud de l’Algérie reste vivant plus que jamais. Tout en restant ouvert au monde et à l’universel, ces vastes territoires séparés par de longues distances, restent très attachés à leur identité et à leurs traditions ancestrales.

Le passage à l’année 2015 a été l’occasion pour les habitants de la ville de Taghit de manifester leur joie de vivre. Comme tous les citoyens du monde des cinq continents, ils sont sortis tout le long de cette soirée, pour célébrer la nouvelle année. Seulement ici, la concentration urbaine n’existe pas, l’absence de tours gigantesques ou de boulevards prestigieux est cri arde.

Il manque cette féérie de lumières habillant les villes pour de grands évènements. A Taghit, localité en plein désert, l’agglomération urbaine la plus proche est Béchar, le chef-lieu de wilaya à près de cent cinquante kilomètres. A Taghit, cependant, la nature est reine avec ses paysages sahariens à perte de vue, un ciel immense d’une pureté sublime et un air sain, vivifiant d’oxygène et un remède miracle pour la santé.

Pour la lumière et les feux d’artifice célébrant le nouvel an, les habitants de Taghit ont allumé d’immenses brasiers sur les dunes surplombant la ville. Les jeunes se sont regroupés autour de ces points lumineux flamboyants, exprimant leur joie et leur enthousiasme.

Les marchands de thé et de nourriture rapide ont fait de bonnes affaires cette nuit du premier janvier dans la ville de Taghit qui a connu des embouteillages monstres, étant donné que ses rues étroites n’ont pu contenir ce grand afflux d’automobilistes venus de nombreuses wilayas de l’Algérie.

Ces familles voyageant en voitures de si loin, ont passé la nuit à la belle étoile, bravant le froid glaciel de la saison hivernale du Sahara. Cette année, la célébration du Mawlid Ennabaoui a été un prolongement de la fête du nouvel an. Taghit est passé sans transition de la vie paienne à une atmosphère de grande ferveur religieuse.

Ici, les populations sont très conservatrices et la culture de l’identité constitue un pilier indestructible de leur personnalité. La religion musulmane s’appuie sur ce solide pilier et la vénération du prophète Mohamed (QSSL) se traduit par la célébration haute en dévotion du Mawlid Ennabaoui.

C’est à Timimoun que cette célébration est la plus représentative et qui dure sept jours et sept nuits. A Taghit, l’intensité de cette célébration du Mawlid Ennabaoui reste aussi vive, sans être plus longue dans la durée. Ici, les pétards et les feux de bengale sont interdits. Seules les louanges à la gloire du prophète Mohamed (QSSL) règnent dans tous les espaces.

La musique gnawi, tant appréciée au Nord comme un art musical de détente et de loisirs, devient un rituel dont les rythmes et les paroles sont dédiés uniquement à honorer le Messager de Dieu. Pour Taghit l’avénement du Mawlid Ennabaoui fait entrer ses habitants dans la haute spiritualité, en communion avec la majesté des espaces infinis de ces contrées sahariennes, alliant les besoins physiques et matériels avec les valeurs de l’âme, du coeur et de l’esprit.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email