-- -- -- / -- -- --
Nationale

Nouveau gouvernement: La colère citoyenne se poursuit

Nouveau gouvernement: La colère citoyenne se poursuit

La rue ne décolère pas. Alors que le peuple demande le départ immédiat du système en place, un communiqué, émanant dimanche de la présidence de la République, annonce la liste du nouveau gouvernement chargé de la gestion des affaires courantes pendant une période de trois mois, jusqu’à l’organisation de l’élection présidentielle.
En réaction à une telle décision, une centaine de manifestants se sont rassemblés ce lundi matin devant la Grande Poste. Ils sont venus exprimer leur refus de la nouvelle composante du gouvernement, scandant plusieurs slogans « La Sawt yalou fouk sawt echaâb » (aucune voix ne peut se mettre au-dessus de la voix du peuple), « Nahounna elissaba nwallou labess » (débarrassez-nous du gang, nous serons heureux) …
Farouk, un des manifestants était furieux et promettait de sortir manifester tous les jours.
S’exprimant devant les médias, ce jeune dénonçait que « les toutes dernières décisions témoignent du mépris que ce pouvoir éprouve pour le peuple ». « Nous n’allons pas nous arrêter. Le peuple demande qu’ils partent tous sans exception. » Et de poursuivre : « Je m’adresse à tous les jeunes algériens ; ce pays a été libéré par nos ancêtres martyrs pour que nous vivions en liberté et en paix. Mais, il paraît que cette bande ne veut pas lâcher prise et défie tout un peuple. C’est pour cette raison que nous sommes décidés à poursuivre notre combat », s’écrie-t-il. Voyant quelques représentants de médias se diriger vers la foule pour couvrir l’événement, ces manifestants ont réagi violemment en tonnant « Echourouk dégage, Echourouk dégage… ». « Il n’y a pas de médias libres, nombre d’entre eux prennent parti et font dans la manipulation de l’opinion publique », lâche un sexagénaire depuis les escaliers de la Grande Poste.
Il convient de rappeler que la nouvelle composante du gouvernement chapeauté par Bedoui a fait réagir « la rue » quelques instants après son annonce officielle. Des centaines de jeunes sont descendus dimanche soir en manifestation nocturne à Alger-Centre, en vue d’exprimer leur colère et leur hostilité au pouvoir et à ses manœuvres. 
D’aucuns déduisent que le nouveau gouvernement est le résultat d’un compromis entre les deux clans, présidentiel et militaire, après l’insistance de ce dernier sur l’application de l’article 102. Après avoir été frôlée à l’annonce de l’application des articles 7 et 8 de la Constitution, donnant ainsi la souveraineté au peuple, la victoire semble encore une fois confisquée, estime-t-on dans les milieux médiatiques.
Certes, le peuple s’inscrit d’ores et déjà dans l’après-Bouteflika, et se fixe manifestement un seuil de revendications pour le départ de tout le système que beaucoup, parmi l’opinion publique considèrent « irréversible ». 
Mais, quand il s’agit d’une guerre des clans qui est devenue depuis quelques jours « très explicite », on ne sait plus ce qui se trame dans les coulisses et il faudrait même s’attendre à d’autres surprises !
Toutefois, le combat pour un meilleur lendemain continue. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email