-- -- -- / -- -- --
Nationale

«Nous sommes loin de la crise de 1988»

«Nous sommes loin de la crise de 1988»

Lors d’une rencontre, organisée hier à Blida avec les cadres de son parti, Belkacem Salhi a assuré que l’Algérie peut éviter une crise économique malgré la chute des prix du pétrole.

« L’économie algérienne peut être relancée », a estimé le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), à condition de savoir bien exploiter et bien gérer les importantes richesses dont dispose le pays ». Selon le premier responsable de l’ANR, nous sommes loin de la crise économique qu’a connue le pays en 1988.

« Nous avons les mines d’or, le tourisme, les hydrocarbures, notamment les énergies non conventionnelles ainsi que d’autres atouts pour se lancer dans une voie économique des plus prometteuses » a-t-il dit. « Néanmoins, a-t-il ajouté, pour s’assurer une bonne santé économique, le pays doit s’ouvrir sur l’investissement national et étranger.

Il faut arrêter d’avoir cette phobie à l’égard de l’investisseur en général. Il faut également cesser de voir l’investisseur comme un facteur de corruption ».

Le secrétaire du parti a par ailleurs expliqué que l’indépendance de la justice, la liberté de la presse ainsi que celle du mouvement associatif seront le garde-fou pour contrôler toute tentative de corruption. Sur le volet politique, Belkacem Salhi réitère la position de son parti, à savoir la poursuite du processus des réformes initiées par le président de la République, notamment la révision de la constitution.

« Peu importe, a-t-il dit, si cette constitution soit exprimée par voie parlementaire ou référendaire. L’essentiel est de préserver les constances de Novembre sur lesquelles repose l’Algérie ». Il a par ailleurs exprimé sa satisfaction concernant les acquis obtenus ces dernières années par les travailleurs algériens.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email