-- -- -- / -- -- --
Nationale

«Nous allons éradiquer la mentalité du stockage»

«Nous allons éradiquer  la mentalité du stockage»

L’instabilité des prix des produits agricoles frais dans nos marchés depuis près de trois mois a été abordée jeudi dernier sur Radio-Soummam par le ministre du Commerce, Amara Benyounès, en marge de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Béjaïa.

Il a déclaré que « notre souci est de protéger le consommateur, sa santé et sa sécurité ». Et d’ajouter : « Une tension est ressentie sur certains produits agricoles frais durant une période de deux à trois mois. Avec le ministre de l’Agriculture nous allons étudier la façon de répondre à cela ». Il a annoncé « l’éradication de la mentalité de stockage de produits ». 

Cependant, « ce n’est pas le ministère du Commerce qui fixe les prix », dira-t-il, précisant qu’« en dehors de quelques produits subventionnés et qui sont soumis au contrôle, le reste est soumis à la loi du marché, à savoir l’offre et la demande ».

Pour lui, « les prix diffèrent d’un marché à l’autre, surtout dans la capitale, et la presse peut se tromper, car elle se base sur un ou deux marchés alors que les prix diffèrent d’un marché à l’autre ». Il a préconisé pour cela de « communiquer, chaque mois, les indices des produits ». Il a indiqué avoir observé que « le prix de la pomme de terre à Béjaïa est de 55 DA ».

Auparavant, M. Benyounès est revenu sur l’adhésion de l’Algérie à l’OMC en déclarant : « Nous ne faisons pas de notre adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) une obsession, preuve en est que l’Algérie a débuté les négociations en 1987 et depuis, 160 pays ont adhéré à cette organisation et notre pays ne l’a pas encore fait ». Pour lui, « l’Algérie pourrait adhérer à cette organisation mondiale au cours de sa prochaine assemblée générale, ou en 2016 ou même en 2017 ».

« Notre adhésion à l’OMC se fera mais en préservant les intérêts du pays ». Et d’ajouter : « Nous allons répondre à 31 questions posées par l’UE et les USA à ce propos ». Il a parlé de la tenue d’« une réunion du gouvernement cette semaine » et de « celle tenue mercredi dernier à ce sujet ». 

M. Benyounès a inauguré au cours de sa tournée le marché de proximité sis au boulevard des Aurès où il a remis 44 décisions aux exploitants de cette nouvelle infrastructure, puis a visité le projet de réhabilitation du marché de gros des fruits et légumes de Sidi-Ali Lebher qui dispose de 76 carreaux. Un marché qu’il ne trouve pas assez spacieux. Il a annoncé la réalisation d’un grand marché de gros à Oued-Ghir, un projet qui a déjà été annoncé par le passé, faut-il le rappeler.

Le projet de réalisation du nouveau siège de la DCP qui coûtera 14 milliards de centimes, le projet de réalisation d’un Laboratoire d’analyse (CACQE) situé au Boulevard Krim-Belkacem, qui n’a pas encore été équipé depuis trois ans ont été également inspectés par la délégation ministérielle. M. Benyounès estime « anormal » que ce laboratoire ne soit pas équipé après trois années de sa réception.

Le ministre a inauguré le siège de l’inspection aux frontières sur le boulevard Krim-Belkacem, un projet qui a coûté 3,9 milliards de centimes à l’Etat, avant de visiter les unités de textile de Béjaïa dont Alcost, Ecotal, puis l’unité agroalimentaire Cevital et, dans l’après-midi, l’unité de production d’eau minérale Ifri à Ouzellagune et Général Emballage et la Laiterie Soummam à Akbou, des entreprises exportatrices, faut-il le souligner.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email