-- -- -- / -- -- --
Nationale

Nouri rassure sur l’alimentation en eau potable

Nouri rassure sur l’alimentation en eau potable

Le taux de remplissage des barrages en exploitation à l’échelle nationale a atteint 71%. Le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Abdelouahab Nouri, a tenu à rassurer les citoyens sur la disponibilité de l’eau avec le taux de remplissage qui garantira un approvisionnement équitable et régulier en eau potable.

Hier, lors de la célébration de la journée mondiale de l’eau, Abdelouahab Nouri a tenu à rassurer les citoyens de la « disponibilité » de l’eau dans les barrages.

« Le taux de remplissage des barrages, qui avoisine les 71%, permet d’assurer l’approvisionnement en eau. » Le ministre a appelé également les citoyens à préserver cette matière précieuse qui est l’eau, soulignant que le secteur a pour but de permettre une alimentation en 24h sur 24.

Selon lui, l’Algérie n’est pas un pays qui possède des ressources abondantes en matière d’eau. « L’Algérie fait partie d’une région très impactée par les changements climatiques. Dans ce cadre, les priorités sont connues il s’agit de changer vers la gestion par la demande et l’efficience de l’utilisation de l’eau », a-t-il souligné.

Devant un tel état de fait, nous sommes obligés de recourir à l’optimisation de ces ressources estimées à 18 milliards de mètres cubes de potentialités.

Elles nous proviennent des eaux souterraines à hauteur de 10 milliards de mètres cubes, des eaux souterraines renouvelables dans le Nord (2,5 milliards) et les ressources souterraines fossiles faiblement renouvelables (5,2 milliards).

« L’Algérie produit actuellement 1 100 000 m3 d’eau potable », a indiqué le ministre, précisant que 800 000 m3 sont réservés à la consommation quotidienne.

« Notre pays totalise 84 barrages, 75 en exploitation et 9 en réalisation », ajoute-t-il. La part du citoyen algérien en eau potable « équivaut à 180 litres/jour », alors que cette quantité ne dépasse pas 120 litres/jour par citoyen dans plusieurs pays développés, a-t-il fait remarquer.

Evoquant l’Algérienne des eaux (ADE), le ministre a indiqué que son ministère travaille en collaboration avec le ministère des Finances afin d’assurer un équilibre financier à l’ADE.

L’EPIC doit non seulement assurer un bon service au citoyen, mais surtout veiller à la récupération de l’argent. Dans ce volet, le ministre a fait savoir qu’entre 30 % et 40 % des Algériens ne payent pas régulièrement leurs factures. L’ADE doit dans ce cadre être plus rigoureuse, a souligné le ministre.

Centre de formation aux métiers de l’eau à Cherarba, une « grande avancée »

Le ministre des Ressources en eau a procédé également à l’inauguration du centre de formation aux métiers de l’eau à Cherarba. Ce centre permettra, selon lui, d’acquérir de nouvelles compétences dans le domaine de l’hydraulique. Le centre a une capacité d’accueil d’environ 160 stagiaires, algériens et étrangers.

12 spécialités dans la formation aux métiers de l’eau

Le ministre de la Formation professionnelle a indiqué, pour sa part, que les métiers de l’eau et de l’environnement figurent parmi les grandes préoccupations du secteur de la formation. Un secteur qui développe 12 spécialités dédiées à ces métiers. Il s’agit entre autres de l’alimentation en eau potable, de l’entretien des réseaux d’assainissement, et de celui des réseaux d’alimentation en eau potable.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email