-- -- -- / -- -- --
Nationale

Noureddine Bedoui dans de sales draps 

Noureddine Bedoui dans de sales draps 

L’ancien Premier ministre, Noureddine Bedoui, a été entendu par la brigade économique et financière de la police judiciaire de la wilaya de Constantine dans le cadre d’affaires de corruption liées à la période durant laquelle il était au poste de wali de Constantine de 2010 à 2015.

L’ex-Premier ministre Bedoui a été auditionné, sur commission rogatoire de la justice, en sa qualité d’ancien wali de Constantine. La police judiciaire enquête sur des marchés qui ont été attribués lorsque Noureddine Bedoui occupait le poste de wali de Constantine. Il a été entendu sur des affaires d’octroi de foncier à des promoteurs immobiliers afin de construire et de réaliser des milliers de logements promotionnels. L’ancien wali de Constantine aurait aussi permis à des parlementaires des deux Chambres d’obtenir des avantages, dont des parcelles de terrain dans la nouvelle ville Ali-Mendjeli, le quartier Zouaghi-Slimane ainsi que dans la ville de Khroub. M. Bedoui aurait octroyé des parcelles de terrain à des industriels sans respecter la procédure légale. Il est sous enquête préliminaire «approfondie » dans plusieurs affaires par la police judiciaire de Constantine. Pour rappel, celle-ci entend l’ancien Premier ministre suite à un mandat judiciaire émis par le procureur de la Cour suprême. Nourredine Bedoui sera bientôt entendu par la justice. L’ex-Premier ministre devrait également être auditionné par la Cour suprême sur des dossiers sensibles gérés durant ses fonctions. Contrairement aux rumeurs, M. Bedoui n’a cependant pas été convoqué ni écouté par les éléments de la Gendarmerie nationale de Bab Jdid. Auparavant, Noureddine Bedoui avait été entendu par la justice dans deux affaires différentes. La première concerne le dossier d’Abdelghani Hamel. Il se trouve que ce dossier a été scindé en quatre parties et que, pour des raisons de compétence territoriale, chacune d’entre elles est traitée par un tribunal différent.

L’affaire centrale a été traitée à Alger, au tribunal de Sidi M’hamed, et les trois autres parties ont été réparties entre Blida, où il doit comparaître avec Noureddine Berrachedi, ancien chef de la sûreté de la wilaya d’Alger, Tipasa, où sa comparution se fera avec l’ancien wali d’Alger Abdelkader Zoukh, et enfin à Boumerdès où a été transmis son dossier. C’est donc là qu’un juge d’instruction l’a entendu tout récemment sur un point précis. Le procès Hamel avait en effet fait ressortir l’existence d’une zone d’ombre relative à une directive adressée par les services de Nourredine Bedoui, alors ministre de l’Intérieur, pour l’annulation d’une décision de justice interdisant l’octroi d’un terrain de 14 000 m2 aux fils Hamel. Il a fait de nouveau l’objet d’une convocation émanant de la justice. Cette fois, il a été de nouveau auditionné pour une très grosse affaire, celle des 5 millions de signatures collectées au profit de Abdelaziz Bouteflika lors de sa campagne pour le cinquième mandat. Il s’agit d’un dossier à part sur lequel travaille la justice depuis un moment déjà. Il a fait aussi l’objet d’une grosse enquête de la part des services de sécurité compétents en la matière. L’enquête a mis en relief l’existence d’un très grand nombre de fausses signatures et d’usurpation d’identité.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email