-- -- -- / -- -- --
Nationale

Nouba et Hamel en hôtes de marque à Riyad

Nouba et Hamel en hôtes de marque à Riyad

En assistant aux manœuvres des forces spéciales saoudiennes à Riyad, capitale de l’Arabie Saoudite, les deux généraux-majors de la Gendarmerie et de la Sûreté nationale respectivement Menad Nouba et Abdelghani Hamel, ont émis un message fort aux « manipulateurs » qui ont jeté de l’huile sur le feu dans les relations entre Alger et Riyad.

Hamel et Nouba en hôtes de marque à Riyad pour battre en brèche la prétendue discorde entre les deux capitales que veulent faire croire certains cercles politiques et médiatiques, notamment à l’étranger. L’Algérie est pour l’Arabie Saoudite un partenaire dans la lutte contre le terrorisme.

Menad Nouba et Abdelghani Hamel, commandant de la Gendarmerie nationale et directeur général de la Sûreté nationale, se sont rendus mardi en Arabie Saoudite pour assister aux manœuvres annuelles organisées par les forces spéciales saoudiennes à Riyad, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Cette participation des patrons des deux institutions sécuritaires est porteuse de plusieurs messages. D’abord, elle confirme le rétablissement des relations entre Alger et Riyad, surtout dans le cadre des dossiers sensibles qui ont provoqué un véritable conflit diplomatique entre les deux pays. Puis, il faut le souligner, les deux représentants algériens sont également à Riyad pour chercher des mécanismes de coopération entre l’Algérie et l’Arabie Saoudite pour lutter contre l’organisation terroriste internationale Etat Islamique (EI) qui menace les deux nations. En participant avec des cadres supérieurs de la Gendarmerie nationale et de la Sûreté nationale, les deux généraux-major ont, de ce fait, dissipé tous les « malentendus » à un haut niveau sécuritaire entre Alger et Riyad. Mieux, pour prouver leur bonne foi de  soutenir par tous les « moyens » les pays arabes en crise, les autorités algériennes ont  dépêché la semaine passée Tayeb Belaiz, ministre d’Etat, conseiller spécial du Président de la République, en Arabie Saoudite afin de dissiper toutes les « ambiguïtés » imposées depuis des années entre les deux pays. Le ministre d’Etat a été porteur d’un message du Président de la République Abdelaziz Bouteflika au roi Selman Ben Abdelaziz Al Saoud, dans lequel le Président de la République a remis les pendules à l’heure en expliquant que l’Algérie ne se mêle jamais « militairement » dans les crises des pays arabes, de même dans les pays frères.

D’ailleurs, explique la lettre, la Constitution interdit à l’armée algérienne de s’ingérer dans les affaires internes des pays, frères et amis, ce qui rend impossible d’envoyer des troupes algériennes combatttre dans d’autres terres que celles algériennes. L’Algérie tient à dénoncer certains « manipulateurs » qui ont tenté et continuent à investir sur la position algérienne vis-à-vis des questions arabes pour créer un « conflit » diplomatique avec les pays arabes. C’était le cas avec l’Arabie Saoudite où des dossiers sensibles tels que ceux du Sahara occidental, du Hizbollah et du Yémen ont soulevé des « incidents » diplomatiques entre les deux pays. L’Algérie avait à maintes reprises refusé d’envoyer ses troupes au Yémen pour combattre les troupes des Houthis et les terroristes d’Al Qaïda dans le cadre des forces de coalition mises en place par l’Arabie Saoudite. L’Algérie avait également refusé de considérer le Hizbollah libanais comme étant une organisation terroriste. Ces positions auxquelles l’Algérie croit dur comme fer lui ont coûté cher sur le plan diplomatique.

Non seulement l’Arabie Saoudite a soutenu le Maroc dans son conflit avec le peuple sahraoui dans le cadre du dossier du Sahara occidental, mais également elle a mené une campagne médiatique orchestrée par des médias pro-saoudiens pour faire pression sur Alger afin qu’elle renonce à ses positions. Des chaînes de télévision saoudiennes telles qu’Al Arabya ont vivement critiqué Alger sur plusieurs dossiers sensibles. Ajouter à cette « guerre » médiatique, Riyad a fait pression sur d’autres pays arabes pour tenter d’isoler l’Algérie sur le plan arabe. L’Egypte et les Emirats arabes unies, des  « complices » de l’Arabie Saoudite, ont ratifié la politique saoudienne contre l’Algérie. Toutefois, après des mois de « conflit » diplomatique, il semble bien que les relations entre Alger et Riyad soient rétablies. La bonne volonté est venue de l’Algérie qui vient de relancer la coopération dans le domaine sécuritaire avec l’Arabie Saoudite.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email