Décès du correspondant du Jeune Indépendant à Annaba Amar Saifi – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Décès du correspondant du Jeune Indépendant à Annaba Amar Saifi

Décès du correspondant du Jeune Indépendant à Annaba Amar Saifi

Notre ami et collègue du bureau d’Annaba Amar Saifi,  connu sous la signature de Nabil Chaoui a tiré sa révérence en silence, dans la discrétion presque. Le sournois petit tueur appelé Covid-19 a eu raison de lui. Son combat contre la maladie qu’il redoutait tant aura été vain. Il avait 67 ans.

Il n’a, en effet, cessé de mettre en avant dans ses écrits le peu d’engagement des habitants de sa ville aux respect des mesures barrières.

Amar Saifi occupait depuis le début des années 1980 un poste au sein de la cellule de communication de l’université d’Annaba avant d’entamer en parallèle l’aventure journalistique indépendante à laquelle il se consacrera définitivement à sa retraite, en 2013.

Attiré par le milieu dès les premières années de l’éprouvante aventure médiatique, Amar avait débuté sa carrière de rédacteur, en 1997, comme correspondant à Annaba du quotidien La Tribune, à peine deux années après sa création, avant de rallier, en 1999, le doyen des tabloïds, le jeune Indépendant , auquel il s’est attaché jusqu’à ce que la maladie l’emporte.

Il s’était appliqué durant toutes les années passées au sein de l’équipe rédactionnelle de la région Est à couvrir autant que faire se peut les évènements des villes de l’extrême Est, notamment Annaba, sa ville natale, El-Tarf et Souk-Ahras.

Sa dernière contribution, fut un reportage sur les us et coutumes des habitants de la « Coquette », comme il aimait tant désigner sa ville, pour célébrer les fêtes de Yennayer.

Amar laissera pour ceux qui l’ont connu le souvenir d’un homme pugnace, presque transparent, incapable de contenir ses humeurs quand il s’agit de l’exercice du métier, de la prise en charge des préoccupations des lecteurs ou de défendre le pays. Sa spontanéité lui a même coûté des incompréhensions  avec ses vis à vis, le plus souvent sans gravité.

Il s’en va ainsi rejoindre deux de nos confrères partis en 2021, Redouane Zizi et Kamel Chériti, tous deux journalistes à la rubrique culturelle décédés respectivement en mai et octobre.

Repose en paix l’ami, Puisse Dieu te compter parmi les Siens.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email