-- -- -- / -- -- --
Culture

Notes sous controverse

Notes sous controverse

Ouverte avec les sonorités de Celtic Social Club dirigé par Manu Masko dans la soirée de ce samedi 19 novembre, au Zénit-Ahmed-Bey de Constantine, la quatorzième édition du Festival international Dimajazz s’annonce éclectique, non sans difficultés dans sa préparation et son organisation.

Six jours durant, Constantine la ville des Ponts vibrera sous différentes sonorités du jazz offert par des musiciens et des artistes de renommée internationale. Comme à l’accoutumée, l’organisateur qu’est l’association Lima demeure fidèle à sa ligne.

Elle produit sur la scène constantinoise des formations de jazz, mais aussi celles environnantes : blues, saoul, rock, pop, funk… De même qu’elle s’efforce à chaque édition de promouvoir la création algérienne.

Il en est ainsi, cette fois-ci, avec la programmation du groupe rock auréssien Les Berbères et son chanteur charismatique Djamel Sabri. Egalement l’ensemble afro-gnawa Ifrikya Spirit d’Alger, dirigé Bouzidi Chakib, et les rockers constantinois du groupe Smoke.

C’est la deuxième année consécutive que le Dimajazz se déroulera à la grande salle de spectacle Zénith-Ahmed-Bey, inaugurée en 2015 dans le contexte de la manifestation internationale Constantine, capitale de la culture arabe, ce qui n’est pas sans difficultés.

Avant l’inauguration de cette présente édition, la vente des billets sera effectuée au Centre culturel Malek-Haddad (ce qui est aussi le cas l’an dernier) et non pas à Ahmed-Bey dont le gestionnaire est l’Office national de la culture et de l’information (ONCI).

Cette institution aurait publié dans les réseaux sociaux un communiqué, affirmant notamment « démentir catégoriquement tout accord avec les organisateurs de cet évènement (n.d.l.r, Dimajazz) concernant son déroulement dans ce lieu… ». Il s’avère que la tenue du festival est officiellement confirmée dans cet édifice même.

D’autant que le commissariat du Dimajazz a, de son côté, rassuré le public dans un communiqué, confirmant notamment que le déroulement de cette édition à Ahmed-Bey « est une décision du wali de la wilaya de Constantine.

Décision souveraine étant donné que la salle en question est une propriété de la wilaya et que l’ONCI ne peut rien contre cette volonté… ».

Aussi, si ce festival international, rendez-vous incontournable des jazzmans en Algérie, est maintenu dans le calendrier du ministère de la Culture dans le cadre de la nouvelle politique budgétaire, il bénéficie d’une enveloppe financière réduite, comparée à celles des éditions d’avant 2015.

Quoi qu’il en soit, cette unique manifestation du genre en Algérie semble être toujours de qualité de par le choix de la programmation et le son. 

AU PROGRAMME.
Aujourd’hui, dimanche 20 novembre : Cairo Jazz Station / Salif Keita.
Lundi 21novembre : Martha High & The Italian Family / Les Berbères avec Djamel Sabri. Mardi 22 novembre : Alioun Wade & Harold Lopez Nussa-Havana Paris Dakar / Ifrikya Spirit.
Mercredi 23 novembre : Courtney Pine / Lucca Ciarla.
Jeudi 24 novembre : Clôture avec le rock de Smoke de Constantine/ l’électro jazz de No Jazz.
Soirée à 19h30. Billet : 1000 DA. Abonnement pour tout le festival : 3000 DA.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email