-- -- -- / -- -- --
Nationale

Normalisation avec les pays arabes: Israël implique des journalistes algériens

Normalisation avec les pays arabes: Israël implique des journalistes algériens
Quatorze journalistes de pays arabes ont pris part à cette rencontre en ligne intitulée «le rôle des medias dans le renforcement de la paix dans la région ».

Des responsables israéliens dont le porte-parole du gouvernement et des agents du renseignement du Mossad convertis en consultants médias ont pris attache avec des journalistes algériens afin de les inviter à des débats sur les relations arabo-israéliennes avec en toile de fond la normalisation avec l’occupant sioniste.

C’est dans cette perspective qu’un webinar (séminaire en ligne) consacré à la normalisation entre Israël avec le Bahreïn et les émirats s’est tenu dimanche. La vidéo de la conférence est disponible sur le siteweb de « Times Of Israël » dans son édition de lundi 21 Septembre, qui a mis en exergue  la participation de journalistes du Soudan, d’Algérie et d’Arabie Saoudite qui, selon lui, se sont joints au train de la normalisation bravant l’interdit dans leur pays.

Quatorze journalistes de pays arabes ont pris part à cette rencontre en ligne intitulée «le rôle des médias dans le renforcement de la paix dans la région ».
Des journalistes du Bahreïn, des Émirats arabes unis ont également participé à cette conférence qui a duré plus de deux heures.
En ouverture de cette séance, le porte-parole du gouvernement israélien, Ofir Gendelman a lu une lettre en hébreu et en arabe du Président de l’entité sioniste Reuven Rivilin, dans laquelle il invite personnellement ces journalistes à venir le rencontrer en Israël.

Le ministre de la communication de l’entité sioniste, Yoaz Hende, a également pris part à ce webinar, appelant les journalistes présents à cette conférence à défier la politique de leurs propres pays, et encourager la normalisation avec Israël. Il s’agit, pour le responsable sioniste, d’exhorter les journalistes invités à ce débat à faire la propagande en faveur d’un rapprochement entre les pays arabes et l’Etat sioniste.

Le quotidien israélien cite le journaliste algérien, Sami Baziz, en tant que participant et représentant des médias algériens à cette  visioconférence. Le journal a posté une vidéo de la conférence sur son siteweb qui s’est tenue en arabe et en hébreu.

Sami Baziz est visible dans cette vidéo. Il se présente sur son compte au réseau LinkedIn comme un collaborateur avec plusieurs médias algériens dont les chaînes de télévisions privées algériennes Al-Hayat TV et Dzair TV.
Contacté par le jeune indépendant , le journaliste en question n’a pas répondu aux messages via les réseaux sociaux pour confirmer dans quel organe il exerce actuellement le métier de journaliste. Selon des confrères de Dzair TV contactés par le Jeune Indépendant, Baziz n’aurait jamais figuré dans les effectifs de la chaine. Il serait même établi à l’étranger et serait également franco-algérien.
Si son statut de “journaliste” se confirme, sa participation à cette conférence, y compris à titre individuel, est aux antipodes du sentiment général des algériens viscéralement pro-palestiniens. Le président de la République Abdelmadjid Tebboune avait rappelé dimanche dernier qu’une normalisation avec l’entité sioniste était impossible et que la cause palestinienne était sacrée pour le peuple algérien.

Les responsables politiques et les services des renseignements israéliens appuyés par les États-Unis, multiplient les opérations secrètes et les contacts en vue de de pousser d’autres pays arabes à signer un pacte de normalisation avec le colonisateur sioniste.

Les discussions vont bon train avec Khartoum qui est présentée par Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine comme potentielle capitale à nouer des liens officiels avec Tel-Aviv. Deux monarchies ont applaudi le plan de Jared Kushner, le conseiller et néanmoins gendre du président américain Donald Trump, architecte de la nouvelle cartographie en cours dans la région à savoir le Maroc et l’Arabie Saoudite. Les deux monarchies temporisent avant d’annoncer leur ralliement à la démarche de Washington.

La présence d’un journaliste algérien à cette conférence est une manœuvre de l’entité sioniste visant à accréditer la thèse selon laquelle les populations arabes notamment maghrébines sont plus promptes à soutenir un dégel des rapports avec Israël et d’aller vers une normalisation avec le pays spoliateur. Le modérateur de cette visioconférence a annoncé  la tenue de rencontres similaires sans toutefois préciser la date ou si des journalistes algériens seraient aussi conviés aux prochains rendez-vous en ligne.
En 2000, la visite de journalistes algériens en Israël avait suscité un tollé en Algérie. Cette première visite publique d’une délégation de journalistes algériens en Israël a déclenché de vives critiques en Algérie, montrant que ces deux pays ne pourront jamais normaliser leurs relations. Des journalistes représentant les plus importants titres algériens, tant francophones qu’arabophones, et d’universitaires avaient séjourné entre fin juin et début juillet 2 000 en Israël à l’invitation du ministère des Affaires étrangères de ce pays. Ils avaient été qualifiés alors de « traitres » par l’ensemble de la classe politique algérienne.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email