Niger: Les putschistes veulent juger Bazoum pour haute trahison – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Niger: Les putschistes veulent juger Bazoum pour haute trahison

Niger: Les putschistes veulent juger Bazoum pour haute trahison

Les nouveaux dirigeants au Niger le 26 juillet ont fait part ce lundi 14 août de leur intention de poursuivre pour « haute trahison et atteinte à la sécurité du pays » le président Mohamed Bazoum renversé le 26 juillet dernier.

« Le gouvernement nigérien a réuni à ce jour (…) les preuves pour poursuivre devant les instances nationales et internationales compétentes le président déchu et ses complices locaux et étrangers pour haute trahison et atteinte à la sécurité du pays », a déclaré le colonel-major Amadou Abdramane porte-parole du Conseil national pour la protection de la patrie (CNSP) dans une déclaration lue à la télévision.

« Des complices nationaux et étrangers » sont également poursuivis pour atteinte à la sécurité du pays, a-t-il dit, sans citer de noms.

Le CNSP appuie ses accusations sur des « échanges » de Bazoum avec des « nationaux », des « chefs d’État étrangers », et des « responsables d’organisations internationales ».

Dans sa déclaration, le CNSP s’en est pris à la CEDEAO, l’alliance économique des pays d’Afrique de l’Ouest qui a imposé des sanctions au Niger suite au coup d’État. Selon la junte, ce sont des sanctions « illégales, inhumaines et dégradantes », qui frappent durement les habitants. Ils seraient privés de médicaments, de nourriture et d’électricité.

En réaction, la CEDEAO a affirmé dans un communiqué, « apprendre avec stupéfaction » la volonté de la junte de traduire, devant les tribunaux, le président Bazoum

Pour la Cédéao, cette démarche constitue « une nouvelle forme de provocation et contredit la volonté prêtée aux autorités militaires de rétablir l’ordre constitutionnel par des moyens pacifiques » et elle condamne, une nouvelle fois, la détention illégale de Mohamed Bazoum et appelle à sa libération immédiate.

De son côté, Washington se dit « consterné » par ces menaces de poursuites qui « rajoutent un cran à sa détention injuste »

L’armée avait motivé le renversement de Bazoum par sa mauvaise gouvernance et de la « détérioration de la situation sécuritaire » au Niger.

Depuis le coup d’État d’il y a près de trois semaines, le président Bazoum est détenu avec sa femme et son fils dans son palais présidentiel de la capitale Niamey. Samedi, il a reçu pour la première fois la visite d’un médecin, qui a déterminé qu’il allait bien compte tenu des circonstances.

La déclaration exprime également son mécontentement face à la solidarité de certains éléments de la communauté internationale avec les « fonctionnaires évincés ».

Le général Abdurrahmane Tchiani, commandant du régiment de la garde présidentielle, a pris la tête de la junte appelée Conseil national pour la protection de la patrie (CNSP) le 28 juillet et est devenu le chef du gouvernement de transition.

Le CNSP a nommé Lamine Zeine premier ministre le 9 août et a annoncé un jour plus tard la composition d’un cabinet de 21 membres composé de militaires et de civils.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email