-- -- -- / -- -- --
Monde

Ne pas confondre la Constitution syrienne et celle «imposée à l’Irak» par les USA

Ne pas confondre la Constitution syrienne et celle «imposée  à l’Irak» par les USA

Il ne faut pas mettre dans le même panier le projet de Constitution syrienne proposé par la Russie aux parties syriennes et « la constitution imposée à l’Irak » par les Etats-Unis, martèle le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

M. Lavrov a ajouté que « le projet était une tentative de rassembler et de trouver des points communs entre les approches présentées par le gouvernement et l’opposition au cours de ces dernières années. » Moscou ne cherche pas à imposer aux Syriens un projet de Constitution, il ne s’agit que de propositions nécessaires afin d’entamer « un travail concret ».

« Nous sommes convaincus, sur la base d’une expérience acquise pendant environ cinq ans, que si l’on ne met pas sur la table des propositions concrètes, nous ne parviendrons jamais à entamer un travail concret », détaille Sergueï Lavrov. La Russie a remis à l’opposition syrienne son projet de Constitution dans le cadre des négociations d’Astana.

Le document prévoit, entre autres, l’extension des pouvoirs du parlement et établit la supériorité du droit international sur le droit intérieur. Auparavant, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait annoncé que le projet de Constitution syrienne proposé par la Russie était un ensemble d’idées proposée comme base de discussion et que personne ne contraindrait les Syriens à l’adopter, car c’est aux Syriens de décider de tout. Des négociations multilatérales consacrées à la situation en Syrie se sont déroulées du 23 au 24 janvier à Astana, au Kazakhstan.

Ayant pour objectif principal de trouver un terrain d’entente sur l’après-conflit en Syrie en totale coordination avec les efforts des Nations Unies, elles ont accueilli notamment 27 des 31 groupes de l’opposition syrienne ayant convenu de former une délégation unique qui a représenté leurs intérêts lors de la rencontre. Cette semaine, le projet de constitution pour la Syrie, préparé par des experts russes, a été présenté à l’opposition lors des négociations sur le règlement de la crise syrienne dans la capitale du Kazakhstan. 

Actuellement, la forme longue officielle est « République arabe syrienne », la forme proposée serait « République syrienne ». « La République syrienne est un État indépendant souverain démocratique fondé sur les principes de l’état de droit, de l’égalité et de l’unité sociale, du respect des droits et des libertés de tous les citoyens sans aucune différenciation.

Les noms de République syrienne et Syrie sont équivalents », stipule le projet de loi proposé par la Russie. D’après ce document, il sera possible de changer les frontières du pays seulement si les citoyens syriens soutiennent l’idée via un référendum.

« Toute perte de territoires syriens est inacceptable, le changement des frontières de l’État ne peut être autorisé que via un référendum général impliquant la participation de tous les citoyens et sur la base de la volonté du peuple syrien », proclame le document. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email