-- -- -- / -- -- --
Sports

NA Hussein Dey : Quand l’union fait la force

NA Hussein Dey : Quand l’union fait la force

Le NA Hussein Dey contraint de changer d’entraîneur à quelques matchs seulement après un début du championnat jugé en dessous des espérances des responsables du club est aujourd’hui en train d’accomplir une remontée spectaculaire au classement général du championnat de Ligue 1 Mobilis.

Cette métamorphose, les Sang et Or la doivent à l’arrivée du coach Youcef Bouzidi et son adjoint Billal Dziri en remplacement d’Abdelkader Iaiche. Deux enfants du club qui connaissent parfaitement les meubles de la maison et qui ont su en un temps record redonner confiance au groupe et surtout le remettre sur les rails.

Les chiffres sont là pour parler d’eux-mêmes en faveur de ces deux techniciens. Quatre nuls, dont deux à l’extérieur, et deux victoires remportées avec un cœur gros comme çà pour ne pas dire une rage de vaincre propre au club cher aux cités Amirouche, Vaubon, Leveilley et autre la Glacière pour ne citer que ces quartiers…

La première à l’issue d’un derby de la capitale contre le Mouloudia au goût de miel et synonyme de véritable déclic tant attendu. La seconde juste après au stade du 20-Août-55 à El Annassers face à un ennemi juré et bête noire affirmée jusqu’ à ce jour, la JS Kabylie.

C’est dire des deux exploits en question alors que le club était gagné par le doute avant la venue du coach Bouzidi. Sous sa coupe le NAHD n’a pas connu de défaites, mieux encore il a battu deux grosses cylindrées de l’élite alors que personne ne donnait cher de sa peau contre le Doyen, d’autant que ce dernier venait de corriger la JS Kabylie. 

Le travail entrepris par le duo Bouzidi-Dziri sur le plan psychologique, a été avant d’aller à Tunis recharger les accus pendant la petite trêve internationale, a fait énormément de bien aux camarades du jeune capitaine courage Bendebka.

Remis en selle et surtout en confiance les Sang et Or ont su rebondir et il faudrait aller les chercher maintenant après que l’embarcation du Nasria ait retrouvé sa vitesse de croisière. Le RC Arbaa son prochain adversaire en est averti.

Force est de reconnaître dans cette métamorphose que le coaching de l’entraîneur Youcef Bouzidi dans chaque rencontre y est pour quelque chose dans cette réussite qui n’est pas prête de s’arrêter si les jeunes loups bien sûr du Nasria gardent la tête sur les épaules et ne s’enflamment pas trop.

L’équipe s’est, certes, dégagée de la zone rouge mais le plus dur est à venir. Le duo Bouzidi-Dziri a rallumé la flamme grâce à une stratégie mise en place : « Un pour tous et tous pour le Nasria », et elle n’a pas tardé pour donner ses premiers fruits.

Avec treize points au compteur, le NAHD se hisse au 8e rang et une sérénité totalement retrouvée. Cela dit, l’équipe est loin d’être encore sortie d’affaire avec trois points seulement d’avance sur le première relégable. C’est dire de l’obligation pour les Sang et Or de redoubler d’efforts et rester solidaire jusqu’au bout.

Le plus dur est à venir n’a cessé de rappeler le coach à ses poulains au lendemain de la victoire contre la JSK. La passe de trois contre le RCA pour la prochaine journée sera en fait une véritable bouffée d’oxygène et la confirmation désirée par tous.

Prié de donner un premier bilan de son travail avec le club de son cœur Bouzidi n’est pas passé par quatre chemins pour le qualifier de positif sur le plan comptable, d’encourageant pour la suite.

« On a été au four et au moulin ces derniers temps. Les joueurs ont sué pour améliorer leurs performances, malgré une peur de mal faire toujours présente. Moi-même, j’étais envahi par le stress. Dieu merci, on s’est retrouvés sur la voie de la réussite, ce qui va nous conforter davantage pour la suite de la compétition », a déclaré Bouzidi à l’issue de la victoire face à la JSK.

Son adjoint Billel Dziri n’a pas omis, quant à lui, de rendre hommage aux joueurs en affirmant qu’ils ont bien travaillé durant le stage de Hammam Bourguiba et c’est grâce à leurs efforts, dira-t-il, que l’équipe est arrivée à remonter la pente.

L’autre point réconfortant, et à mettre en valeur pour le club, c’est ce retour en force du 12e homme. Les supporters autant que les joueurs ont retrouvé la confiance, et c’est tant mieux pour tout le monde ! Aux dirigeants du Nasria de savoir comment entretenir cette dynamique chez les joueurs.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email