-- -- -- / -- -- --
Monde

Moscou légitime les législatives des séparatistes en Ukraine

Moscou légitime les législatives des séparatistes en Ukraine

Les Etats-Unis ont à nouveau critiqué l’attitude de la Russie, au lendemain d’un scrutin contesté tenu dans l’Est de l’Ukraine par les séparatistes armés qui contrôlent une partie de la région. Moscou a rapidement reconnu le résultat électoral, dont les rebelles sont sortis, sans surprise, vainqueurs. Un choix que Washington fustige, considérant qu’il viole les accords de pacification passés le 5 septembre.

Dénonçant les déclarations de Moscou visant à « donner une légitimité » à ces élections Bernadette Meehan, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), se dit inquiète concernant les « informations selon lesquelles la Russie déplace une nouvelle fois des troupes et des équipements militaires » vers la frontière.
« Comment nous l’avons dit à de nombreuses reprises, la Russie a le choix. (…) Si Moscou continue à ignorer les engagements pris à Minsk et poursuit ses actes dangereux et déstabilisateurs, les coûts pour la Russie augmenteront. 

Plus généralement, le non-respect par Moscou de ses obligations dans le cadre des accords de Minsk remet en cause son engagement à soutenir une solution pacifique au conflit dans l’Est de l’Ukraine ».

Lundi, Kiev a averti que face aux résultats du scrutin et à l’attitude de Moscou elle reverrait ses engagements pris lors du protocole de Minsk qui prévoit notamment le retrait des forces ukrainiennes à une distance suffisamment lointaine pour empêcher le bombardement de zones civiles.

En effet, dans un discours à la Nation, le président Petro Porochenko a expliqué que Kiev allait « revoir son plan d’action » après le vote qui a constitué « une violation grossière » du protocole de Minsk du 5 septembre conclu entre l’Ukraine et les séparatistes avec la participation de la Russie et de l’OSCE.

Le conseil ukrainien de sécurité nationale et de défense s’est réuni hier pour aborder notamment la suppression de la loi sur le « statut spécial » des régions séparatistes, approuvée en septembre et qui leur donnait pour trois ans une large autonomie avec la possibilité de créer des « milices populaires », et garantissait l’amnistie à une partie de combattants, a annoncé le président Porochenko.

L’adoption de ce texte a été largement interprétée comme une « capitulation » des autorités ukrainiennes après une série d’échecs militaires face à l’offensive des rebelles soutenus, selon Kiev et l’Occident, par des troupes régulières russes. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email