-- -- -- / -- -- --
Monde

Moscou appelle Paris à ne pas lui « donner de leçon »

Moscou appelle Paris à ne pas lui « donner de leçon »

« C’est la même France où pendant environ un an de véritables combats ont opposé les manifestants et la police, selon les Français eux-mêmes », a critiqué sur Facebook la porte-parole de la diplomatie russe.

La Russie a appelé mercredi 31 juillet la France à ne pas lui « donner de leçon » concernant les récentes arrestations massives de manifestants, l’accusant d’avoir usé de « toutes les méthodes répressives » lors du mouvement des « gilets jaunes ».

L’opposition russe, dont plusieurs candidats ont vu leurs candidatures rejetées pour les élections locales du 8 septembre, a manifesté samedi en plein centre de la capitale russe en signe de protestation. Cette manifestation non autorisée s’est soldée par près de 1 400 arrestations, selon une ONG. Du jamais vu depuis le mouvement de contestation contre le retour de Vladimir Poutine au Kremlin en 2012. « Toutes les sortes de méthodes répressives »

Lundi soir, le ministère français des Affaires étrangères a appelé à la « libération rapide » des manifestants arrêtés et exprimé « sa profonde préoccupation devant ces évolutions récentes ».

« C’est la même France où pendant environ un an de véritables combats ont opposé les manifestants et la police, selon les Français eux-mêmes », a répliqué sur Facebook la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, en référence au mouvement des « gilets jaunes ». « Les autorités françaises ont pratiqué sur leur population toutes les sortes de méthodes répressives : du gaz lacrymogène et des canons à eau aux arrestations en masse », a rappelé la porte-parole.

« Les manifestations n’étaient pas autorisées et la police agissait comme si [les manifestants, NDLR] étaient des occupants étrangers et pas comme s’il s’agissait de la population française », a encore affirmé Maria Zakharova.

En Russie, les tribunaux ont annoncé mardi avoir ordonné une soixantaine de détentions provisoires et condamné plus de 160 personnes à des amendes après la manifestation de samedi. Avant même ce rassemblement, le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, avait été condamné le 24 juillet à 30 jours de prison pour des appels à manifester.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email