-- -- -- / -- -- --
Sports

Mondial de handball : Les Verts conscients de ce qui les attend

Mondial de handball : Les Verts conscients  de ce qui les attend

Regroupés depuis vendredi soir à l’hôtel Ikram de Déely Ibrahim pour une mise au vert prévue jusqu’au 8 janvier prochaine, nos handballeurs vivent dans une ambiance parfaite. C’est du moins ce que nous avons constaté lors de notre visite au lieu d’hébergement.

Les coéquipiers de Messaoud Berkous venaient juste de rentrer de la séance d’entraînement effectuée aux abords de la piscine olympique de l’OCO (préparation physique). La Coupole s’est en effet avérée indisponible pour la petite balle mais pas pour abriter le championnat national de judo.

Il n’en demeure pas moins que l’ambiance est bon enfant. Les protégés du coach national, Rédha Zeguelli l’affichent d’ailleurs clairement. Notre présence sur les lieux nous a permis de nous rapprocher de la majorité des joueurs pour connaître leur avis sur cette compétition planétaire du côté de Doha, à partir du 16 janvier. Ce jour-là les Verts en découdront avec Egyptiens pour le compte de la première journée de la poule C. 

Nous avons d’abord accosté Abdelmalek Slahdji et notre première question était relative à sa blessure. Le gardien de but algérien, héros face à la Tunisie en finale de la récente CAN, nous a clairement répondu : « J’espère être prêt le jour J.

Le dernier mot revient au staff médical qui est en train de fournir d’énormes efforts pour que je sois rétabli totalement. Il est vrai que c’est frustrant d’être blessé à quelques jours d’un championnat du monde. D’ailleurs, je ne veux plus y penser. Incha’Allah, avec des analyses approfondies, je serai parmi le groupe à Doha », nous précise le keeper algérien.

Pour Hichem Kaabache, le robuste pivot algérien, il sera question de défendre le handball algérien : « Vous savez, nous partons dans le costume de champions d’Afrique. C’est un label. A nous de prouver que notre handball se négocie bien même dans un championnat d’Afrique. L’Algérien est connu pour aller jusqu’au bout de ses peines. Le groupe est certes difficile, mais nous aussi sommes difficiles à manier. »

Pour le pivot de Dunkerque, Mohamed Mokrani, c’est une question de prestige à défendre : « Tout le monde parle du match contre l’Egypte mais force est de reconnaître que nous jouons toutes les équipes et non pas seulement les Egyptiens. Nous sommes champions d’Afrique, c’est donc à nous de démontrer que nous avons acquis grâce à un groupe soudé et ce titre une symbiose parfaite.

Bon, battre l’Egypte, c’est bien, d’autant que c’est le premier match. Ce qui nous ouvre davantage les chances de qualification pour le deuxième tour, mais il nous faudra aussi bien jouer face aux autres adversaires, tous des pays européens ».
Messaoud Berkous enchaîne : « Comme vient de le dire Momo (NDLR : Mokrani), le match face à l’Egypte est le plus important parce que c’est le premier match et dans ce genre de tournoi, c’est toujours le premier match qui est difficile.

Difficile car il faut entrer de plain pied dans la compétition, ne pas décevoir, être en forme mais surtout gagner. Pour la suite, on verra car il est primordial d’attaquer nos rencontres match par match et ne pas brûler les étapes. Je reste optimiste au même titre que mes camarades ici présents parce que nous avons un prestige à défendre ».

Omar Benali, le bourreau des Egyptiens en 2012 à Rabat (Maroc), reste très optimiste : « Je pense que c’est une belle opportunité pour tout le groupe de disputer un championnat du monde.

L’équipe est sereine et s’apprête à défendre chaudement les couleurs de notre pays. Je crois aussi qu’il ne faut pas focaliser uniquement sur notre rencontre face aux Egyptiens. Pour ma part, toutes les rencontres se valent, même si les on va jouer les autres matchs contre quatre nations européennes. Il faut montrer notre valeur et je suis optimiste » 

Enfin, le coach national Rédha Zeguelli, que nous avons laissé volontairement en dernier, explique que les blessures ont été le point noir durant le tout dernier stage effectué en Slovénie : « Quand vous avez des blessés dans le groupe et, de surcroît, des éléments valables, il est normal que vous ne pouvez pas mener à bien ce dont vous espérez faire.

En Slovénie, Slahdji, Mokrani et Rahim n’ont pris part à aucune rencontre amicale. C’est dire que je n’avais pas de fixation plus précise sur le groupe avant de décanter les 18 élément qui feront le voyage au Qatar.

Néanmoins, il reste le tournoi de Bercy que nous jouerons à Nantes. C’est un tournoi important en raison des équipes qui y participent. Nous jouerons la Macédoine et une autre rencontre le lendemain mais quand vous avez des adversaires comme la France, l’Argentine et la Macédoine, je pense que c’est un tournoi qui nous sera très bénéfique ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email