-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mokhtar Belmokhtar le ressuscité des occidentaux

Mokhtar Belmokhtar le ressuscité des occidentaux

En l’espace de sept ans, le Sahel est devenu un carrefour des attaques perpétrées contre les étrangers et les militaires. Orchestrées par une organisation terroriste à dessein stratégique, commanditée par des chefs terroristes, dont le tristement célèbre Mokhtar Belmokhtar, alias Mokhtar « Marlboro Connection » et miraculé des frappes des différentes armées déployées au nord du Mali, les attaques ont engendré plusieurs centaines de mort.

Mokhtar Belmokhtar, alias Belaâouar, chef terroriste d’El Mourabitoune (ex-les Signataires par le sang), est considéré comme étant un miraculé pour certains, tandis que pour d’autres son nom tristement connu fait de lui un chef terroriste parmi les plus redoutables dans le monde.

D’ailleurs, beaucoup d’observateurs s’interrogent sur le rôle exact de cet Algérien, du fait que Mokhtar Belmokhtar est le seul chef terroriste notoire qui a pu échapper, par le fait du hasard, aux bombardements ayant ciblé les poches d’Al Qaïda au Mahreb islamique (Aqmi) dans le nord du Mali où en janvier 2013, l’émir terroriste Abdelhamid Zeid alias « Abou Zeid », le rival de Belmokhtar, avait trouvé la mort.

Seul Mokhtar Belmokhtar avait échappé à ces frappes aériennes de l’armée française qui étaient appuyées par des troupes terrestres des forces de la coalition africaine emmenées par le Tchad.

Pourtant, des noms tristement célèbres de chefs terroristes, apparus sur la scène mondiale après Mokhtar Belmokhtar, sont morts. Seul le vétéran algérien d’Afghanistan a réussi à échapper aux multiples opérations aériennes et terrestres des armées de la coalition africaine et française.

Pour rappel, avant qu’Abou Zeid ne trouve la mort, Mokhtar Belmokhtar s’était retiré d’Aqmi avant de constituer sa propre organisation criminelle appelée « Les Signataires par le sang ».

Ce qui dénote le grand différend qui a opposé, avant janvier 2013, les deux chefs terroristes en question. Après la mort d’Abou Zeid, son rival Mokhtar Belmokhtar a créé, en fusion avec un autre groupe terroriste, en l’occurrence le Mouvement pour l’Unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), une nouvelle organisation terroriste dénommée « El Mourabitoune ».

C’est comme si Belmokhtar, avait été choisi pour répandre le terrorisme au Sahel. Effectivement, il avait planifié, juste après avoir échappé aux frappes aériennes, une grande offensive contre l’Algérie. Il s’agit bien entendu de l’attaque menée en janvier 2013 contre la base de vie de Tiguentourine à In Amenas.

Lors de cette attaque, 32 terroristes, issus de différentes nationalités, avaient pris pour cible le site gazier de Tiguentourine en prenant en otages des centaines d’employés, avant que l’armée algérienne n’intervienne et n’anéantisse le commando terroriste. Le planificateur de cette attaque est Belmokhtar.

D’ailleurs, il a personnellement revendiqué cette prise d’otages qui s’est solidée par la mort de 37 étrangers et d’un Algérien. Un grand mystère régnait autour de ce chef criminel et de la mission dont il était chargé.

Le 7 mars 2015, un attentat avait pris pour cible le bar-restaurant « La Terrasse » à Bamako, la capitale du Mali, où un Français, un Belge et trois Maliens avaient péri. L’attaque sanglante a été revendiquée par Mokhtar Belmokhtar qui a dit vouloir venger le Prophète de l’islam insulté et raillé par l’Occident mécréant, ainsi qu’un de ses chefs tué par l’armée française en décembre dans le nord du Mali.

Toutefois, le véritable motif de cette attaque, de l’avis des observateurs et des experts en questions sécuritaires, est de saboter les accords de paix signés quelques jours avant à Alger entre l’Etat malien et les fractions armées, à leur tête le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad).

C’est avec ce nouvel acte que la question sur le véritable rôle de Belmokhtar dans la région qui s’est posée une nouvelle fois. Lui qui a été épargné par les bombardements en janvier 2013.

Qui est Mokhtar Belmokhtar ?

Né le 1er juin 1972, Mokhtar Belmokhtar (dit Mokhtar Marlboro) a rejoint le maquis dès l’âge de 18 ans. Aujourd’hui âgé de 41 ans, ce terroriste notoire est devenu l’un des éléments les plus en vue de la sphère terroriste internationale.

D’Al Qaïda au Maghreb islamique à « El Mourabitoune » en passant par les « Signataires par le Sang », Belmokhtar, alias Khaled Abou Al Abbas, où Belaâouar, est désormais le terroriste le plus coriace et le plus dangereux au Sahel et au Maghreb.

Cet enfant de Theniet Makhzen, dans la wilaya de Ghardaïa, est le planificateur de l’attaque criminelle contre le site gazier de Tiguentourine. Ancien chef de la zone sud de katibat Moulathamoune, ce dangereux salafiste active aujourd’hui dans le nord du Mali où il commande la nouvelle organisation terroriste El Moulathamoune.

Marié avec une jeune Mauritanienne, Mokhtar Belmokhtar est derrière plusieurs actions terroristes menées par son groupe, notamment dans la région du Sahel, entre autres au Mali le 7 mars 2015 où un Français, un Belge et trois Maliens ont été assassinés, mais il est également derrière des attentats perpétrés au Niger, en Côte-d’Ivoire et au Burkina Faso.

Son nom revient dans chaque embuscade commise contre les militaires algériens, mais également contre les militaires mauritaniens, français, tchadiens, nigériens et maliens. Activement recherché par plusieurs pays de la région et les pays européens (Interpol), traqué par l’ONU également, Mokhtar Belmokhtar est devenu le terroriste le plus dangereux et le plus redoutable du Sahel. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email