-- -- -- / -- -- --
Sports

Mohamed Raouraoua : Le moindre des mérites !

Mohamed Raouraoua :  Le moindre des mérites !

L’année qui s’achève, riche en émotions, s’annonce celle de toutes les distinctions pour le football algérien qui ne s’est jamais autant distingué, crevé l’écran même. Mis tout le monde d’accord sur les talents qu’il recèle (on pourra nous rétorquer que l’E.N, la grande fierté du jeu à onze arabe qu’elle représentera en deux éditions de Mondial de suite, avec une mention très bien dans celle que le pays du Roi Pelé a abrité l’été dernier, l’a fait avec l’apport quasi exclusif des binationaux, mais on répondra que l’ES Sétif, avec une composante dans sa majorité le produit d’un championnat certes décrié et conduite par un jeune technicien sorti de ce même championnat, l’a confirmé en créant l’exploit d’aller s’installer confortablement sur le toit de l’Afrique) et les belles promesses d’un avenir moins agité.

L’année 2014, c’est aussi, et sans conteste, celle d’un homme qui a rendu à nouveau possible l’espoir d’un retour au premier plan annoncée grâce une gestion professionnelle qui fait dire à beaucoup d’observateurs que l’instance qu’il dirige (la FAF, pour ne pas la nommer et que le nouveau sélectionneur national, Gourcuff, encense à chacune de ses sorties en soulignant que « ce que met la FAF à la disposition des Verts est exceptionnel ») a pris plusieurs longueurs d’avance sur les clubs dans le domaine.

18e au classement Fifa, meilleure formation actuellement au double niveau continental et arabe, favorite en puissance de la CAN 2015, la sélection algérienne, si elle suscite désormais admiration et respect, grandit vite et bien.

Gagne en galons grâce à la patte de celui qui a su lui redonner des couleurs et de la confiance en l’arrimant (et c’est d’une telle importance) au train des équipes les mieux dirigées (financièrement et logistiquement, c’est-à-dire professionnellement) dans le monde, comme les observateurs ont pu le vérifier au Brésil. Récompensé fort justement (en compagnie de l’arbitre international, Haimoudi, distingué pour son brillant parcours dans la nation du football) avec le Prix Cheikh Mohamed Bin Rashid Al-Maktoum de créativité sportive pour « les efforts consentis pour soutenir le sport arabe et sa contribution pour son développement au plus haut niveau », le premier responsable de la FAF, omniprésent dans divers postes de responsabilité dans les différentes instances dirigeantes du football international (membre notamment du comité exécutif de la FIFA et de la CAF, premier vice-président de l’Union arabe de football, UAFA) récolte ainsi et sans aucune surprise, les fruits de tous les projets et chantiers lancés et menés avec succès et devient, dans la foulée, pour sa « contributions au développement du sport arabe (ça se ressent et en bien sur le football algérien) la première personnalité sportive algérienne à s’imposer de la sorte.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email