-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mohamed Aïssa s’attaque aux imams salafistes

Mohamed Aïssa s’attaque aux imams salafistes

Il était temps ! Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a saisi l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) présidée par Miloud Chorfi s’agissant des programmes diffusés par des chaînes de télévision privées algériennes et animés par des imams et cheikhs autoproclamés.

« Je confirme avoir saisi le président de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel concernant les programmes diffusés et les discours développés sur des chaînes de télévision privées algériennes par des imams et cheikhs autoproclamés qui sont détachés de la réalité des Algériens », a indiqué Mohamed Aïssa qui était l’invité du forum du journal Liberté.

Le ministre a précisé avoir proposé au président de l’Autorité, Miloud Chorfi, que « le collectif de cette Autorité soit renforcé par des cadres du ministère des Affaires religieuses, notamment des inspecteurs centraux et des imams », lesquels sont en mesure, a-t-il expliqué, de « détecter et d’analyser » le contenu des programmes TV et de « proposer d’autres personnalités plus imprégnées du référent religieux national ».

A une question sur les propos tenus par l’imam Hamadache sur une chaîne de radio privée au sujet de Daech, Mohamed Aïssa a tenu à préciser : « Nous ne connaissons pas leur affiliation et nous ignorons qui les rémunèrent et qui les a formés. Leurs prêches, orientations et fetwas sont globalement irrationnels et relèvent du virtuel, car ils se réfèrent à l’Internet et aux réseaux sociaux, lesquels sont piégés. »

Aïssa, a fait observer que les « réseaux sociaux sont le fief du daechisme et de cheikhs marginalisés dans leur pays d’origine ». Par ailleurs, Mohamed Aïssa a révélé que 55 mosquées sont gérées à Alger par des « imams bénévoles qui ne sont pas des radicaux mais des salafistes ».

Il a précisé que ces imams avaient été autorisés à exercer par le Conseil scientifique du ministère des Affaires religieuses bien avant sa nomination au poste de ministre il a toutefois relevé que ces imams, dont les autorisations d’exercer expireront éminemment, sont « contrôlés ».

« Ce sont les mosquées les plus contrôlées à Alger par des inspecteurs émanant du ministère des Affaires religieuses et des services de sécurité », a ajouté le ministre, précisant que ces imams bénévoles seront remplacés par des imams formés à l’université.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email