-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mohamed Aissa : «L’Algérie est menacée par une invasion sectaire»

Mohamed Aissa : «L’Algérie est menacée par une invasion sectaire»

L’Algérie fait face actuellement à une invasion sectaire « étrangère à sa culture », mettant en danger son référent religieux, à l’effet de la déstabiliser et la diviser sur une base rituelle », a déclaré le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa.

Le ministre qui s’exprimait, hier sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne n’a pas caché son inquiétudes quant aux idées négatives émanant de pays étrangers voulant incruster dans la société algérienne d’autres religions et utilisant tous les moyens possibles pour éloigner le citoyen de sa religion qui est l’islam.

Le responsable estime que malgré que le « radicalisme religieux « soit devenu une menace relevant du passé, l’Algérie est toujours en phase de prévention contre ce phénomène. Il rappelle par ailleurs que le pays a déjà subi dans sa chair ses violences, « de manière expérimentale « , durant les années 90. 

Afin de contribuer à prévenir la réapparition de celui-ci, M. Aïssa fait état de la création de caravanes culturelles, chargées de sillonner les diverses régions du pays, mais aussi d’approcher la communauté algérienne établie à l’étranger pour l’ »immuniser » contre les tentatives de radicalisation. 

Evoquant les réactions parvenant de pays occidentaux et du Sahel, il observe que l’Algérie est perçue aujourd’hui comme un « référent « lorsqu’il s’agit de contrecarrer les effets du radicalisme, de « dé-radicaliser « ou s’en prévenir.

Pour mettre en lumière le danger permanent représenté par ce qu’il décrit comme une « invasion sectaire préparée « , le ministre des Affaires religieuses rappelle les agissements mis récemment à jour d’une mouvance « Ahmadite « , dont le chef a été arrêté durant ce week-end.

S’il relève que le « Ahmadisme « n’est pas radical dans sa démarche, il n’en considère pas moins qu’il est étranger à l’Algérie, dans le sens où, ajoute-t-il, il est géré au profit d’une officine occidentale qu’il n’a pas nommée et qu’il s’attaque à l’organisation du culte en Algérie « avec des arrières pensées idéologiques « .

Ce que certaines parties ont réalisé en Irak, en Syrie et qui tentent d’en faire autant en Libye rêvent, aussi de le traduite dans les faits en Algérie, déclare encore M. Mohamed Aïssa.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email