-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mobilisation irréprochable à la veille du scrutin

Mobilisation irréprochable à la veille du scrutin

Comme attendu. Gratifiés pour la troisième fois par une belle coïncidence du calendrier, à la veille du scrutin présidentiel, les hirakistes sont sortis hier en masse pour commémorer le 59e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 dans une ambiance de contestation contre la tenue de la présidentielle ce mercredi.

Alger a vu une mobilisation irréprochable en dépit du dispositif sécuritaire intensément déployé depuis la veille de cette journée si importante de par sa symbolique et sa portée historique. La marche a été prévue à l’un des vieux quartiers de la capitale Belcourt avec comme point de départ la rue « 11 décembre 1960 ». Chose qui n’a pas été possible au vu des mesures sécuritaires prises.
Après plusieurs tentatives de rassemblement pour entamer la manif promise, les marcheurs ont dû « louvoyer » tous les cordons sécuritaires hermétiques érigés partout pour obstruer tous accès menant à Alger centre.

Ainsi, une partie des manifestants s’est vue cantonnée et encerclée dans la rue Hassiba Benbouali avec la fermeture progressive de toutes les issues. Étant à la croisée des chemins, la rue Victor Hugo en haut et en contre bas la place de la liberté de la presse, les marcheurs téméraires étaient contraints de changer d’itinéraire et de trouver d’autres chemins conduisant à la grande poste. En même temps, les force de l’ordre procédaient à des rafles pour intimider les contestataires déchainés et résolus à célébrer cette date en suivant les pas de leurs aïeuls en 1960, lorsqu’ils se sont sortis pour soutenir le Front de libération nationale et le GPRA (Gouvernement provisoire de la république algérienne). La foule s’est dispersée dans tous les sens et scandait « istiklal, istiklal… », « allah wakbar makanch el’vot » …

Encore une fois, les manifestants ont fait preuve d’intelligence collective, et réussissent à se rassembler à la rue Didouche Mourad et descendent nombreux et unis d’un seul élan vers la Grande poste. Non sans s’armer de leur mot d’ordre affirmant leur pacifisme « silmya silmya matalibna char3iya ».
En arborant un carton rouge où l’on peut lire « non au vote », la marée humaine se dirigeait à la place Maurice Audin et scandait à tue-tête « « dawla madanya machi askarya », « echaâb yourid istiklal » (le peuple demande l’indépendance), « f’al3assima makach el’vot », (pas de vote à la capitale).

mots d’ordre et des mémoires chaleureusement ravivées, pour ainsi dire « Pas de vote avec les gangs ». 
Une démonstration de force qui a duré toute la journée et ça promet d’enchainer avec la contestation le jour « J ». Certains sont décidés de passer carrément la nuit dans la rue. « EL-YOUM, EL-YOUM L’AMBATA BERRA ! ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email