-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Mme Latifa Lamhène: 2 400 personnes sont atteintes d’hémophilie en Algérie

Mme Latifa Lamhène: 2 400 personnes sont atteintes d’hémophilie en Algérie

La présidente de l’Association nationale des hémophiles, Mme Latifa Lamhène, considère qu’il est regrettable que des médecins ne tiennent pas compte de l’instruction du ministère de la Santé concernant la circoncision, appelant à la sensibilisation et à la mise en place d’un protocole médical fixant l’âge de la circoncision en Algérie, et ce afin d’éviter que des drames se produisent.

Elle a en outre appelé à une répartition juste des facteurs sanguins (9 et 8) et des médicaments destinés à la prise en charge de l’hémophilie, tout en soulignant la nécessité de réactiver le registre national relatif à cette maladie pour le dépistage des cas.
Elle a mis en garde contre les circoncisions collectives assurées par certaines associations sans que les enfants concernés subissent d’analyses médicales mais aussi contre les opérations confiées à des médecins non chirurgiens.
Elle a rappelé l’opération de circoncision qui a eu lieu en 2007 à El-Khroub (Constantine), où 13 enfants ont eu des complications suite à cet acte chirurgical.
2 400 personnes sont atteintes d’hémophilie en Algérie, a indiqué le Dr Lemhène, affirmant que, malgré la classification de cette affection parmi les maladies héréditaires, 30% des malades n’ont pas d’antécédents familiaux. Les hémorragies chez les hémophiles peuvent être externes, donc visible à l’œil nu, et interne, tels que les hématomes et hémarthroses (très invalidantes à long terme). Celles-ci nécessitent toutes deux un traitement précoce, des consultations en urgence, voire des hospitalisations dans la plupart des cas.

Quelle que soit la nature du saignement, il est important de se faire transfuser rapidement pour arrêter l’hémorragie et éviter les douleurs ainsi que toute autre complication. Ceci revient aussi moins cher en terme de coût.
Et malgré la marche progressive de la science et l’existence de traitements de substitution, de nos jours, certains actes médicaux, tels que les circoncisions, peuvent être considérées comme mortels car cet acte chirurgical, souvent banalisé, peut être la cause principale de décès chez les hémophiles vu l’ignorance de la maladie, l’absence d’antécédents familiaux d’une part ou celle de bilan pré-opératoire systématique d’autre part (le bilan d’hémostase en l’occurrence).

Cependant, le mal est toujours là, même lorsque la maladie est connue chez la personne hémophile, car elle est souvent subordonnée à la disponibilité des médicaments. Très souvent, les circoncisions se font même lors d’une hospitalisation pour un tout autre problème de santé qui, bien évidemment, nécessite une consommation de médicaments anti-hémophiliques.
La circoncision est un acte important dans notre société (une obligation sociale plus qu’un acte de foi), mais mal préparée, elle peut avoir des conséquences dramatiques pour le malade. 

Les circoncisons collectives représentent un danger mortel pour nos enfants d’une manière générale.
Il convient de noter qu’un nombre important d’hémophiles adultes ont été circoncis entre 2007 et 2015. En raison de l’indisponibilité des facteurs anti-hémophiliques jusqu’à 2006 ainsi que du refus de certains chirurgiens de réaliser cet acte aux hémophiles, le problème perdure.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email