-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mise en garde du wali

Mise en garde du wali

Le wali de Béjaïa a réuni pendant plusieurs jours, la semaine passée, pas moins de 160 promoteurs immobiliers de la wilaya de Béjaïa pour discuter du secteur de l’habitat et plus précisément du logement dont les projets retenus sont totalement bloqués par l’incompétence des uns et des autres..

Il était question d’évaluer la situation et d’apporter des réponses concrètes et surtout rapides voire efficaces pour sortir de cette situation qui traîne depuis des années.

Le wali n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour désigner les coupables de ces blocages et situer les responsabilités de chacun et menacer de sévir, lui qui a déjà renvoyé des entreprises et des bureaux d’étude jugés défaillants.

Et les maîtres d’ouvrages dont l’ENPI, l’ADDL, la DLEP et surtout l’OPGI en prendront pour leur grade aussi. Le walis qui a relevé que plus de 36 800 unités de logement n’ont été pas lancées à ce jour n’a pas hésité à admonester le directeur de l’OPGI (en congés de maladie) et représenté par un intérimaire l’accusant de « fuir ses responsabilités… ». Les autres maîtres d’ouvrages ont été également sermonnés. 

Le chef de l’exécutif n’a pas été tendre non plus avec les promoteurs privés et les bureaux d’étude disant que certains ne savent même pas où se situent leurs chantiers. Une réalité que la majorité des responsables ont cautionnée, hélas, en dépit des alertes récurrentes de la presse. Et pour une fois, la situation semble bouger dans le bon sens et on ne peut que s’en réjouir.

« Afin de cerner les problèmes et comprendre les raisons du grand retard qu’accuse le secteur de l’habitat dans la wilaya de Béjaïa, et après avoir traité minutieusement tous les dossiers du secteur dans le cadre d’un conseil de wilaya tenu récemment avec tous les directeurs concernés et chefs de daïra, le wali a organisé quatre réunions consécutives avec tous les responsables des entreprises ainsi que les bureaux d’étude intervenant dans le cadre de la réalisation des différents programmes et types de logements confondus, les équipements publics, les projets liés à l’urbanisme en présence des maîtres d’ouvrages à savoir les directeurs du logement, équipement publics, urbanisme, OPGI, ENPI et l’agence foncière », lit-on dans un communiqué de presse qui nous a été transmis.

Les deux premiers jours ont été consacrés exclusivement au secteur du logement, vu le nombre important de projets que compte ce secteur. « L’OPGI à lui seul compte 160 chantiers en cours de réalisation », précise-t-on.

« Dès l’ouverture de la première séance, souligné « les efforts consentis par l’Etat pour accorder à la wilaya de Béjaïa de nombreux projets de réalisation de logements tous types confondus », ajoute-on, soulignant par la suite que « les différents participants, notamment les bureaux d’étude et promoteurs sont intervenus à tour de rôle et exposé les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans la réalisation des projets qui leur ont été confiés le taux d’avancement qui sont souvent très faibles.

La majorité des chefs d’entreprises ont surtout soulevé le problème des factures impayées qui se répercute directement sur l’avancement des chantiers.

Lever les obstacles et sanctionner les retardataires

En réponse à cela, le wali a ordonné aux directeurs de l’OPGI, de l’agence foncière, du logement ainsi que celui de l’équipement d’assainir toutes les situations financières en instance dans un délai d’une semaine. Il a instruit ces derniers à recenser tous les projets qui attendent une réévaluation, afin de ficeler et transmettre un dossier au ministère de l’Habitat.

« Le wali a décidé de combattre toute forme de bureaucratie au sein de l’administration ; il a demandé aux directeurs ainsi qu’aux responsables des bureaux d’étude de coordonner leurs actions avec les entreprises et organiser des réunions au niveau des sites où se trouvent les chantiers, afin de régler les problèmes sur les lieux et sans tarder », souligne encore la cellule de communication de la wilaya.

Concernant les chantiers bloqués pour des raisons liées à la nature des terrains, le chef de l’exécutif a instruit les responsables du secteur du logement à prendre ; dorénavant, en considération ces cas dans toute action qui sera entreprise par la commission chargée d’aménagement présidée par le directeur de l’urbanisme et installée récemment « dans le but d’organiser le secteur qui connaît une anarchie ».

Celle-ci est seule responsable des choix des terrains pour l’implantation des projets comme il a ordonné au DLEP d’ « annuler tous les projets qui ne sont pas dotés d’une étude de sol, étant donné que la wilaya est connue pour être une zone sismique », souligne-t-on, rappelant que les entreprises ont été sommées, lors des visites inopinées, de renforcer leurs chantiers en moyens humains et matériels modernes et accélérer les travaux.

« Des mesures seront prises à l’encontre des entreprises pour le retard accusé dans les délais de réalisation ». Les responsables des bureaux d’étude ont été sommés d’améliorer leurs études, effectuées parfois à la hâte.

Il leur a exigé plus de sérieux et d’abnégation dans leur travail et désormais il sera procédé à la sélection des entreprises performantes. S’agissant des projets du programme antérieur qui ne sont pas encore lancés, le DLEP a été sommé de prendre les mesures nécessaires notamment « des sanctions » à l’encontre des entreprises boiteuses.

Il a demandé à tous les directeurs de diagnostiquer ce mal qui ronge la wilaya, pour cerner le problème du retard qu’enregistre l’habitat afin d’agir en conséquence et apporter le remède qu’il faut pour faire avancer la réalisation des projets retenus.

Au sujet des aides prévues en faveur des propriétaires des habitations touchées par le séisme de novembre 2012, un dossier a été transmis au ministère de l’Habitat sur instruction du wali et les bénéficiaires seront, incessamment, régularisés.

« Sur le plan de l’aménagement urbain, le wali a annoncé que la zone industrielle de Béjaïa sera érigée en zone d’affaires identique à celle de Bab Ezzouar, avec la prévision d’y implanter un hôtel, des centres d’affaires avec plusieurs prestations de services ; des avenues seront réalisées et donneront sur le boulevard des Aurès et le Boulevard Krim Belkacem ; des carrefours seront réaménagés en sus, une trémie afin de lancer une nouvelle dynamique pour la ville de Yema Gouraya », annonce-t-on.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email