-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mise au point de Messahel : La fin d’une polémique

Mise au point de Messahel : La fin d’une polémique

A-t-on suffisamment répercuté dans la presse nationale la dernière sortie du ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue arabe ? Abdelkader Messahel, en bon diplomate, a saisi l’occasion de son passage sur un plateau de télévision et les ondes de la radio nationale pour réaffirmer la position immuable de l’Algérie quant au droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination. Réponse cinglante pour couper court avec une polémique nationale de ces derniers jours, abusivement exploitée par les réseaux de propagande du colonisateur marocain.

Par la voix d’un ministre particulièrement expérimenté dans les dossiers régionaux, Alger rappelle l’une des articulations fondamentales de la politique extérieure du pays. « La position de l’Algérie n’a pas changé depuis que la question du Sahara occidental a été inscrite, en 1963, sur la liste onusienne des territoires non autonomes (… ) L’Algérie demeurera fidèle à ses principes qu’elle puise dans sa lutte contre le colonisateur. »


Histoire et droit international

N’en déplaise aux parties alignées sur le fait accompli de l’occupation des territoires par le Maroc, la diplomatie algérienne vient de mettre un terme à un faux débat, dont la thèse attribuée aux propos suspects du patron du FLN frôle l’acte de félonie. Trahison de la cause du peuple sahraoui et trahison des idées révolutionnaires de justice qui ont permis la Glorieuse Révolution et l’indépendance de l’Algérie.

« La position de l’Algérie n’a pas changé depuis que la question du Sahara occidental a été inscrite, en 1963, sur la liste onusienne des territoires non autonomes », et d’ajouter que « la position algérienne préconise le règlement de ce conflit dans le cadre de la décolonisation et du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, tel que stipulé dans toutes les résolutions et décisions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies, à commencer par la résolution 1514 sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples colonisés et dont l’adoption a été motivée par les manifestations historiques du 11 décembre 1960 contre le colonisateur français. »

Polémique avortée

C’est donc sans artifice politicien qu’Abdelkader Messahel a pu répondre aux interrogations des téléspectateurs et des auditeurs, pour adresser une mise au point sans équivoque aux esprits malintentionnés qui ont voulu lire du renoncement dans les paroles imprécises d’Amar Saâdani, pris au piège de sa propension à se faire porte-parole officieux de l’Etat. 

Aucune allusion bien entendu à cette polémique chez le ministre diplomate, mais un langage ferme où la touche pédagogique qui s’applique à énoncer clairement le droit international prend le dessus sur le discours subjectif. Le makhzen, qui s’accroche à n’importe quel incident pour tenter de justifier son entreprise coloniale, va donc pouvoir méditer sur la réponse du département de Ramtane Lamamra.

En attendant que l’ONU passe à la vitesse supérieure pour, qu’enfin, le processus de décolonisation rentre dans sa phase opérationnelle. Par la voie du référendum, malgré les atteintes quotidiennes aux droits de l’homme, les Sahraouis recouvreront leur indépendance. Malgré les polémiques blessantes que la diplomatie algérienne saura faire taire à chaque tentative de diversion.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email