-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mihoubi souligne l’implication de l’Etat

Mihoubi souligne l’implication de l’Etat

Le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, a animé hier une conférence de presse au Palais de la culture, axée sur la protection du patrimoine national matériel et immatériel.

Il avait à ses côtés le directeur du patrimoine au ministère de la culture, Mourad Bouteflika, et le directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historique, Slimane Hachi.

D’emblée, le ministre de la Culture a souligné le rôle majeur de l’Erat dans la protection du patrimoine national matériel et immatériel. ‘’La mission de l’Etat dans cette protection est inscrite dans la constitution, révisée cette année’’, a-t-il affirmé en précisant que le ministère de la culture, dans l’ensemble de ses structures œuvre pour la concrétisation de cette mission sur le terrain.

Pour mieux élargir cette action des conventions ont été signées avec les ministères des moudjahidines et de l’éducation national. Pour les moudjahiddine des opérations de réhabilitation de sites marquants des moments forts de la guerre d libération nationale ont été entrepris conjointement.

D’autre part le ministère de la culture soutien les films ayant trait aux héros de la révolution algérienne et coopère à la réhabilitation de sites ayant marqué les sacrifices des chouhada, à l’image de la villa Suzini du Clos Salembier où ont été torturés à mort des centaines voire des milliers de martyrs.

De son côté, le directeur du patrimoine au ministère de la culture, Mourad Bouteflika, a fait savoir que le nombre de sites protégés en Algérie dépasse le millier, atteignant, 1063 en cette année 2016. Avec les restrictions budgétaires suite à la chute des prix des hydrocarbures, seuls les sites prioritaires continuent d’être accompagnés.

Quant à M. Slimane Hachi, il a exposé les conditions très strictes d’admission du patrimoine matériel national matériel et immatériel à l’Unesco, pour devenir patrimoine mondial. Il a expliqué la définition et le contenu du patrimoine immatériel en disant que c’est une pratique, une compétence, un savoir faire, des connaissances, détenus par une composante sociale, se transmettant de génération en génération.

Il a cité des éléments de notre patrimoine national immatériel déjà inscrits, comme le costume nuptial dans lee traditions de Tlemcen et des dossiers ont été constitués auprès de l’Unesco pour d’autres éléments comme le bijou de Benni Yenni, la poésie bédouine et le genre musical populaure Raï.

Dans les questions posées au cours du débat, le directeur général de l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels, Abdelouahab Zekagh a intervenu pour faire le point sur les travaux effectués en ce moment à la station de métro de la place des martyrs. Il fait part qu’un musée souterrain sera érigé dans ce site pour évoquer deux mille ans d’histoire de l’Algérie.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email