-- -- -- / -- -- --
Nationale

Migration: L’Algérie donne le OK au HCR et à l’OIM

Migration: L’Algérie donne le OK au HCR et à l’OIM

Pour couper l’herbe sous les pieds de certaines parties qui tentent de salir l’image de l’Algérie sur la question des migrants, l’Algérie a enfin donné son OK pour des visites de centres de transit par des équipes d’organisations internationales.

Il était temps, car la partie algérienne a laissé le doute s’installer, ce qui a permis à une certaine presse occidentale et marocaine de monter au créneau, à chaque renvoi de convois de migrants africains vers leur pays d’origine, pour publier des contrevérités et des mensonges. L’Algérie continue d’essuyer des attaques concernant les « mauvais traitements » qu’elle infligerait aux migrants qui essaient de traverser son territoire pour se rendre en Europe. Il s’agit, cette fois, d’un reportage à charge réalisé par Associated Press et diffusé hier par Al Jazeera : « Durant les quatorze mois écoulés, l’Algérie a abandonné plus de 13 000 migrants dans le désert du Sahara. Parmi eux se trouvent des femmes enceintes et des enfants », soutient l’agence AP ajoutant que « ces personnes sont forcées, parfois sous la menace d’armes, de marcher sous un soleil brûlant sans aucune assistance, ni eau ni nourriture ».

Selon l’agence américaine, « plusieurs personnes sont mortes alors que d’autres ont disparu durant cette traversée du désert ». Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a fermement réfuté ces accusations : « Parce que l’Algérie n’accepte pas d’être un centre de rétention des migrants africains au bénéfice de l’Europe, elle est la cible d’attaques d’organisations extérieures qui osent même l’accuser de racisme », a-t-il déclaré le 21 juin dernier.

Le gouvernement algérien a autorisé pour la première fois le Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale des migrations (OIM) invités en tant qu’observateurs, à visiter les centres de transit pour migrants implantés l’un à Zéralda, et l’autre à Tamanrasset. Ce convoi de retour a été organisé par les autorités algériennes du 28 juin au 3 juillet. L’OIM et le HCR ont été informés du transfert de 355 Nigériens à In Guezzam avant leur retour au Niger : « L’OIM et le HCR ont été informés du transfert de 355 Nigériens à In Ghezzam pour leur retour au Niger en coopération avec le gouvernement du Niger. Ce pays voisin a signé, rappelons-le, une convention avec les autorités algériennes consistant à organiser le retour des migrants originaires du Niger dans leur pays », indique le document de l’ONU rendu public vendredi dernier.

La mission a permis aux équipes du HCR et de l’OIM de visiter ces deux centres pour la première fois, ainsi que d’autres installations de transit implantées tout au long de la route transsaharienne à Laghouat, Ghardaïa et In Salah : « Les deux agences ont reçu des informations détaillées des autorités algériennes sur les services fournis dans ces centres et ont été témoins des mécanismes de coordination entre les différents services et ministères concernés. La mission a également servi de cadre au dialogue avec les autorités », indique le communiqué des Nations-Unies. Le HCR a noté la nécessité d’une « coopération renforcée »

dans le sud de l’Algérie et « la mise en place de procédures pour l’identification et l’orientation des personnes » ayant besoin d’une protection internationale. Pour sa part, l’OIM a souligné sa disponibilité à « soutenir davantage » les autorités algériennes dans la mise en place de mécanismes d’identification et de référence pour les migrants en situation particulièrement vulnérable ou ayant des besoins spécifiques demandant une assistance dans tout le pays. Ces deux organismes onusiens estiment qu’il « est crucial de maintenir un dialogue positif » et appellent à un « renforcement des efforts » avec les autorités algériennes pour faire face aux défis et contraintes liés à la gestion des flux migratoires en Algérie. Les deux agences onusiennes « restent convaincues » que ce dialogue contribuera à renforcer les efforts concertés en matière de migration et d’asile en Algérie ajoute le document.

Le document précise que c’est la première fois que le HCR et l’OIM font ce genre de visites en Algérie. Les autorités algériennes ont fourni des explications sur le fonctionnement de ces centres et des opérations de retour des migrants dans leur pays d’origine. « Les deux agences ont reçu des informations détaillées des autorités algériennes sur les services fournis dans ces centres et ont été témoins des mécanismes de coordination entre les différents services et ministères concernés. La mission a également servi de cadre au dialogue avec les autorités », note encore le communiqué.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email