-- -- -- / -- -- --
Nationale

Mgr Henri Tessier fait revivre le savant et grand érudit Mohamed Benchneb

Mgr Henri Tessier fait revivre le savant et grand érudit Mohamed Benchneb

Dans le cadre de ses activités culturelles et artistiques, la fondation Ahmed et Rabah Asselah, avec à sa tête le Pr Hocine Asselah, vient de programmer une conférence animée par Mgr Henri Tessier portant sur le remarquable et éclatant parcours intellectuel de l’érudit et savant Mohamed Ben cheneb. Celui-ci a marqué de son empreinte la fin du XIXe siécle et les trois décennies du XXe

Mohamed Bencheneb dont la médersa de la Basse Casbah porte son nom, a été le premier docteur ès lettres au temps de la colonisation. Dès 1920, il occupe la chaire de la langue et littérature arabes à l’université d’Alger qui avait été fondée en 1902.

Par ses profondes et larges connaisance de la civilisation arabe et musulmane, il a émerveillé et suscité l’admiration des personnalités intellectuelles du temps de la colonisation.
Parmi ses multiples publications, on lui doit l’imposant ouvrage relatif aux proverbes algériens élargis à la région du Maghreb.

Il s’est intéressé longuement à la poésie algérienne et à celle du Moyen-Orient, devenant par là membre de l’académie arabe située à l’époque à Damas.

Il a appris le latin, le grec, le turc et le persan pour bien étudier les apports de ces langues dans l’arabe dialectal algérien. Mohamed Bencheneb a su magistralement, par sa haute érudition, rehausser la portée de la civilisation arabe, musulmane et algérienne au temps de la colonisation et la sortir de la léthargie et de la marginalisation que lui avait imposées ce système. Lui-même, très digne, était fier de son identité algérienne, restant très attaché à ses traditions ancestrales.

Ces valeurs rapportées par Mgr Henri Tessier ont été d’autant plus appréciées que ce conférencier est lui-même un éminent intellectuel, maîtrisant parfaitement l’arabe classique et connaissant en profondeur la civisation musulmane. Mgr Henri Tessier, aujourd’hui archevêque émérite d’Alger, est l’auteur de cinq ouvrages.

Le dernier paru en ces années 2000 a pour titre « les Chrétiens en Algérie, un partage de l’espérance ». Cette haute personnalité se distingue dans l’ouverture et le dialogue entre les religion chrétienne et musulmane.

Il a acquis la nationalité algérienne dès les premières années de l’indépendance, en 1965. Il a longtemps et courageusement milité pour cette indépendance. Mgr Hensi Tesier, connu pour ses valeurs humaines toujours au secours des gens qui souffrent, et aussi ses connaissances encyclopédiques, traitera dans une autre conférence du sujet « Saint Augustin, le Berbère ».

La remarquable intervention de Mger Henri Tessier a été suivie par un public très attentif et agrémentée par des intermèdes musicaux interprétés par le maître de la guitare classique, Zaher Ardjou, professeur au conservatoire de Kouba.

Le Pr Hocine Assalah poursuit son programme d’animation de la Fondation qu’il anime. Le prochain thème portera sur l’héritage culturel et civilisationnel laissé par la famille Amrouche, la mère Fatma et les enfants Jean et Taous.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email