-- -- -- / -- -- --
Monde Afrique

Messahel : « L’Afrique s’approprie le règlement de ses problèmes »

Messahel : « L’Afrique s’approprie le règlement de ses problèmes »

L’appropriation des pays africains du règlement de leurs propres problèmes est une réalité politique incontestable que devront bien comprendre les pays occidentaux.

C’est le message essentiel qu’a voulu transmettre le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel,ce dimanche en réponse au président de l’Institut français des relations internationales (IFRI), Thierry Montbrial, lors d’une conférence au siège du ministère des AE. Ce message est une façon de réitérer pour la énième fois le refus catégorique de toute ingérence dans les affaires internes des pays. Ajoutant à ce propos que « la démocratie chez nous est un choix stratégique qui se traduit par le respect des visions des autres pays et il ne s’agit pas d’une option à la mode ».

Le chef de la diplomatie algérienne a tenu à clarifier à ce titre qu’il y a des situations qui nous interpellent directement vu l’urgence de nombre d’entre elles. Et de poursuivre : « La stabilité de l’Algérie est extrêmement importante pour nous les Africains, ainsi que la sécurité de toute la région, d’autant que l’Afrique est un continent émergent avec plus d’un milliard d’habitants ».

« Si nous voulons faire face au discours de l’exclusion, il faudrait faire plus d’efforts de nous accepter tels que nous sommes comme nous vous acceptons tel que vous êtes. » « Nous vous comprenions mieux que vous ne nous comprenez », signifie le ministre en réaction à des propos « déplacés » tenus par ce professeur des relations internationales qui voit « qu’il est bien d’être fier de ce qui a été réalisé, mais quand on est devant de fortes puissances on n’a pas le choix » !

Pour le chef de la diplomatie algérienne, ce genre de rencontre est l’occasion justement de donner une image de l’Algérie, notamment aux étrangers méconnaissant ce grand pays, dont la perception est fortement imprégnée par ce qui est véhiculé par les médias mainstream.

« Votre présence parmi nous aujourd’hui visera à partager les visions relatives à notre destin et notre avenir communs », dit-il. « L’Algérie entretient d’excellentes relations avec nombre de pays de par le monde et

dans ce cadre, veille à agir selon le principe de l’équidistance, l’un de fondement de notre politique extérieure », réitère le ministre.

La montée de la Chine … « signe inquiétant »
De son côté, Thierry Montbrial s’est étalé dans son exposé sur les rapports de forces qui marquent la scène géopolitique actuelle, mettant l’accent sur plusieurs « signes inquiétants ». Selon ce professeur, la montée exponentielle de la Chine comme force économique a complètement renversé la donne et impose même une nouvelle configuration de la géopolitique internationale. « Ce pays affiche ouvertement son ambition avec un horizon précis qui est 2049, centième anniversaire de la victoire du parti communiste chinois ». Une ambition qui se profile dans divers aspects, technologique, spatial et économique, indique l’intervenant.

Ce qui inquiète également les pays occidentaux et à leur tête la France, est le méga projet dit « la Ceinture et la Route » adopté en 2013 par le président chinois Xi Jinping.

Cette initiative d’envergure mondiale va relier les trois continents (l’Asie, l’Europe et l’Afrique). Elle va assurément renforcer la présence économique chinoise sur le marché africain, menaçant de la sorte les intérêts de nombre de pays occidentaux qui exploitaient des années durant les richesses de cette région. Tout en demeurant « prisonnier » d’une thèse très classique axée sur un monde unipolaire (les Etats unis la seule puissance dans le monde), le conférencier a évoqué les tensions que connaissent les relations économiques entre Pékin et Washington, qui vont s’accentuer dans les trois prochaines années, ainsi que leurs répercussions sur l’économie mondiale.

Concernant le Brexit, Montbrial estime qu’une telle décision est un grand service rendu à l’Union européenne, dont les conséquences seront trop lourdes pour l’économie britannique.

Un exposé qui en dit long sur la perception du monde occidental concernant le reste du globe terrestre, refusant à tort ou à raison d’accepter une réalité certaine et que les rapports de forces changeront de plus en plus en faveur de nouvelles puissances mondiales.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email