-- -- -- / -- -- --
Nationale

Menace sur la direction du FLN

Menace sur la direction du FLN

Dans l’entourage du SG du FLN, on sait que la bataille des municipales, prévues en novembre prochain, serait la dernière carte pour Djamel Ould Abbès à la tête du vieux parti.

Contesté ouvertement par une centaine de membres du comité central, qui lui reproche le recul des scores du parti aux législatives, il est également l’objet de critiques et surtout de méfiance de la part d’autres membres pour les futures échéances.

Au-delà de ses prestations dans les meetings du FLN durant la campagne électorale précédente, on accuse le SG de « mollesse », de « manque d’épaisseur » dans les discours, de « mauvais choix » et surtout de « manque de vision » et de stratégie politique et médiatique.

S’il est vrai que Ould Abbès fait l’objet d’harcèlement et de ciblage par plusieurs détracteurs et opposants, notamment dans la mouvance des partisans du remuant Amar Saadani, l’ex SG, ou des favoris à Abdelaziz Belkhadem, certains parmi l’encadrement discipliné du parti pensent qu’il y a une part de vérité dans ces accusations. Tout récemment, et dans la foulée de l’annonce des résultats des législatives, plus de 110 membres du CC lancent une pétition pour exiger la tenue d’une session extraordinaire du Comité central.

Selon leurs assertions, il faut faire un bilan de cette campagne et tirer des enseignements. Ils exigent des éclaircissements et des décisions fermes à l’encontre des membres du BP accusés de corruption et de trafic d’influence au sein du parti.

Comme ils veulent également la tenue l’année prochaine, au premier trimestre, d’un Congrès extraordinaire, qui se veut réconciliateur et mobilisateur avant la bataille des présidentielles de 2019.
Dans cette optique, on ne manque pas de faire part des appréhensions au sujet des municipales prochaines.

Autrement dit, le « FLN risque de perdre encore de l’influence si Ould Abbès ne réagit pas en toute urgence », une phrase qui retentit dans plusieurs bouches parmi les anciens militants. Mais, dans l’entourage du SG, on sait que la pression existe et monte crescendo.

C’est sans doute cela, qui fait que la direction entend lever toute équivoque, en allant vers la désignation d’une large commission chargée de préparer les municipales dans toutes ces dimensions. Cette commission devrait être représentative de toutes les régions et wilayas et qui pourrait servir pour atténuer les rancœurs nées des histoires de choix des candidatures pour la députation.

Une commission pour absorber les colères et les grognes de la base. Une session extraordinaire du CC pour avaliser la nomination de cette commission pourrait être la panacée, bien que le calendrier du parti prévoie la tenue de cette session vers le mois d’octobre. Juste après la fin des fêtes de l’Aid, le FLN devrait faire bouger ses structures et appareils, mais, on nous dit qu’il n’est pas encore question de la tenue d’un « congrès », ni de l’ouverture d’une course à la succession de Ould Abbès, ni cet été, ni dans un an.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email