-- -- -- / -- -- --
Monde

«Menace russe» : Un général US en rajoute une couche

«Menace russe» : Un général US en rajoute une couche

Selon le chef d’état-major de l’armée américaine, Raymond Odierno, la Russie est l’un des pays les plus dangereux pour les Etats-Unis. « Je pense que la Russie constitue une menace pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce qu’elle est mieux équipée que nos autres adversaires potentiels », a déclaré mercredi le général lors d’une conférence de presse au Pentagone.

Notamment, la Russie a « des capacités sérieuses afin de mener des opérations vraiment complexes en Ukraine », estime M. Odierno. À cet égard, le chef d’état-major de l’armée américaine considère qu’il est nécessaire d’étendre le contrôle de l’Otan sur la partie orientale de l’Europe. « Nous devons poursuivre la réorientation de l’Otan en termes de capacités militaires », a-t-il indiqué.

Les déclarations visant à justifier l’extension de l’Otan vers l’est en prétextant une hypothétique « menace russe » sont récurrentes. Fin mai, un autre représentant de l’Alliance, le président du Comité militaire de l’Otan Petr Pavel, a assimilé la “menace russe” à celle présentée par l’Etat islamique et jugé que la Russie était capable d’envahir les pays baltes et la capitale ukrainienne en deux jours. Selon lui, les forces de l’Otan seraient « incapables de repousser l’attaque » russe en cas d’agression.

Néanmoins, il convient de noter que depuis le début de la crise en Ukraine, c’est l’Otan qui a multiplié les manœuvres militaires conjointes à proximité des frontières russes, notamment dans les pays baltes ainsi qu’en Pologne et en Ukraine. Malgré ces déclarations et cette pression militaire, l’Otan est divisée, les habitants de ses pays membres n’étant pas unanimes sur la défense collective et ne considérant pas tous la Russie comme « menace », constate l’édition en ligne Foreign Policy (FP).

Un tout petit OTAN face à l’armée russe Par ailleurs, certains analystes occidentaux estiment que l’Otan n’a pas la capacité d’affronter l’armée russe du fait que l’armée rouge soit aujourd’hui l’armée numéro 1 dans le monde, et ce grâce à la politique de défense de Vladimir Poutine. En effet, les spécialistes parlent de l’exercice d’alerte baptisé « Noble Jump » en Pologne qui a mis en lumière les défauts de la Force de réaction rapide de l’Otan face à la Russie.

La capacité de déploiement de la nouvelle force de réaction rapide de l’Otan, testée du 9 au 19 juin 2015 sur le camp d’entraînement de Zagan (ouest de la Pologne), est insuffisante face à la réactivité militaire russe, rapporte le journal britannique The Sunday Times. Selon The Sunday Times, les forces de l’Alliance ont besoin d’un mois au moins afin de déployer 30.000 militaires en Europe de l’Est. De son côté, la Russie a réussi en 24 heures à déplacer jusqu’à 100.000 soldats avec des équipements au cours de manœuvres militaires réalisées fin mai dans le District militaire central.

Les manœuvres en Pologne occidentale impliquent plus de 2.000 soldats provenant de neuf pays de l’Otan. Les troupes aéroportées tchèques et néerlandaises, l’infanterie mécanisée allemande et norvégienne, les forces spéciales lituaniennes et polonaises, l’artillerie belge, des hélicoptères américains et une unité hongroise de coopération civilo-militaire y ont pris part.

« L’exercice Noble Jump a été conçu pour tester les troupes de préparation élevée de l’Otan dans les conditions du champ de bataille et veiller à ce que nos concepts et les procédures soient prêts en cas de véritable crise. J’espère que ce jour ne viendra jamais, mais notre travail est d’être toujours prêts à défendre le peuple, le territoire et les valeurs de l’Alliance », a déclaré le commandant suprême des forces alliées en Europe, le général Phillip M. Breedlove.

Le Pentagone a également révélé son intention de déployer en Europe de l’Est des chars, des véhicules blindés et des stocks d’armes lourdes, nécessaires afin d’équiper 5.000 soldats. En plus, il est prévu de créer un groupe “très mobile” fort de 30.000 soldats capables d’être rapidement déployés dans les pays Baltes, en Pologne, en Roumanie ou en Bulgarie en cas d’éventuelle « agression russe ».

« Renforcer nos forces d’intervention est un élément clé de l’effort global de l’Otan pour s’adapter aux défis de sécurité émergents », a indiqué le général Phillip M. Breedlove. La formation qui se déroule en Pologne fait partie d’une série plus vaste d’activités de formation prévue en juin et appelée Allied Shield. La série comprend, outre Noble Jump, Baltops 2015, un exercice naval allié majeure en Pologne ; Sabre Strike, un exercice de terrain dans les pays Baltes ; et Trident Joust, un exercice de commandement et contrôle en Roumanie.

Au total, environ 15.000 soldats de 19 pays, dont le Canada, et trois pays partenaires participeront à cette série d’événements de formation qui se déroulent au sein de l’Alliance en 2015. Sur fond de crise ukrainienne, l’Otan a multiplié les manœuvres militaires conjoin tes dans les pays baltes ainsi qu’en Pologne. Moscou a exprimé ses préoccupations face au renforcement de la présence militaire de l’Alliance à proximité de ses frontières. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email