-- -- -- / -- -- --
Nationale

Menace au Nord du Mali

Menace au Nord du Mali

Le nord du Mali connaît une détérioration inquiétante de sa situation sécuritaire à la veille de la signature à Bamako de l’accord de paix. La flambée de violence menace le pays d’instabilité qui fait le nid des organisations terroristes comme AQMI, le MUJAO et la Phalange des mourabitoune.

La violation du cessez-le-feu paraphé à Alger en mars dernier contrarie la mission de la médiation internationale qui œuvre à concrétiser la réconciliation entre Maliens.

Le dernier accrochage en date a eu lieu avant-hier à Tombouctou, au nord du Mali où plusieurs militaires maliens ont été tués. La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) a rendu public avant-hier un communiqué dans lequel elle annonce qu’ un accrochage a eu lieu avec une de ses unités militaires et les Forces armées maliennes (FAMA) sur l’axe Tombouctou –Goundam, qui s’est soldé par une trentaine des morts et blessés et trois véhicules avec armes ont été récupérés, deux autres calcinés du côté du FAMA.

Une dizaine de militaires maliens ont été tués dans cet accrochage, selon des médias maliens.

Dans un communiqué du ministère de la Défense, le gouvernement malien confirme et condamne cette violation du cessez-le-feu.
Cette embuscade intervenue à Tombouctou vient prolonger la violence qui a touché, en l’espace d’un mois, les localités de Goundam, Bintagoungou, Diré, Léré, Ménaka et Teninkou (Mopti).

Cet accrochage dont les Maliens n’ont pas besoin va à l’encontre de l’esprit de dialogue et de réconciliation de l’accord d’Alger qui a été paraphé par le gouvernement du Mali et des mouvements touaregs armés. La CMA a refusé de signer le document de l’accord de paix et de réconciliation d’Alger en son état actuel, exigeant que de nouvelles revendications soient incluses dans ce texte.

Appuyée par la communauté internationale, l’Algérie a œuvré inlassablement à la réconciliation entre le gouvernement du Mali et les mouvements touaregs armés et a exprimé son optimisme quant à la signature par la CMA de l’accord de paix et de réconciliation pendant la cérémonie qui devrait avoir lieu vendredi à Bamako.

Le média malien « Mali Web » a annoncé, qu’« un nouveau groupe armé d’autodéfense a été créé à Tombouctou, un mouvement communautaire arabe pro-malien baptisé l’Alliance pour la paix et l’unité nationale ». Il annonce la constitution d’une branche armée pour faire face à la recrudescence des attaques dont sont victimes les populations.

Il n’est pas exclu que cette nouvelle organisation vise à saborder l’accord de paix de Bamako et à contribuer à l’exacerbation de la tension au nord du Mali. Selon le même site, cette organisation bénéficierait de l’appui de services secrets occidentaux.

Pour de nombreux observateurs, la détérioration de la situation sécuritaire au nord du Mali, qui prive le peuple malien, dans toute sa composante, de la paix, sert les intérêts des organisations terroristes comme Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI), le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et katibate el mourabitoune qui sévissent au nord du Mali et sont les véritables ennemis du Mali, de son Etat et de son peuple.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email